Showbizz.net - Télévision, cinéma, stars & spectacles!

Publicité

Voyage désastreux dans Si on s'aimait : la production doit encore réagir

La page Facebook de Si on s'aimait est un lieu de rencontre pour les fans de l'émission, qui discutent en groupe des comportements des célibataires.

Si certains sont courtois dans leurs remarques, plusieurs manquent de respect envers les participants.

Ce lundi, c'est le voyage de Jonathan et de Marie-Ève au Saguenay qui a enflammé les téléspectateurs. Ceux-ci ont alors pris d'assaut les réseaux sociaux pour exprimer leurs opinions. Malheureusement, on ne peut pas dire que celles-ci étaient particulièrement nuancées.

Bien des internautes se sont mis à insulter Marie-Ève, qui ne faisait aucun effort pour rendre la situation agréable pour Jonathan. Les fans de l'émission se disent étonnés que les deux candidats restent ensemble malgré cette incompatibilité évidente. La réponse est peut-être quelque part par ici.

Après plus de 700 commentaires - la plupart injurieux - la production n'a pas eu le choix de prendre la parole pour calmer le jeu. Elle écrit : « Vous avez le droit d'avoir votre opinion. Cependant, merci de rester respectueux surtout pour nos participants. Merci à tous. »

Et lorsqu'une dame demande à la production pourquoi alors elle s'entête à rappeler cet épisode « malaisant et infiniment triste » sur sa page Facebook, l'équipe web réplique ainsi : « Nous n'avons rien contre les réactions, les discussions et les opinions sur les duos, les malaises, les inconforts, les beaux moments et les moins beaux. On rappelle juste aux fans de ne pas tomber dans les insultes envers les participants. »

Marie-Ève elle-même a aussi pris la parole afin de dénoncer la violence de certains commentaires sur les réseaux sociaux. Voyez ce qu'elle avait à dire ici.

La semaine dernière, la candidate s'est également exprimée sur le montage de la téléréalité, parfois désavantageux. Les détails ici.

Rappelons que nous apprenions aussi récemment qu'un couple de l'aventure est toujours ensemble. Gageons que ce n'est pas Marie-Ève et Jonathan...