Showbizz.net - Télévision, cinéma, stars & spectacles!

Publicité

Des scènes tragiques dans Épidémie qui nous glacent le sang

Alors que les ressemblances entre la réalité et la fiction continuent de se multiplier, à commencer par cette pénurie de masques dont il a été question dans l'épisode de ce mardi, la série Épidémie continue de nous ébranler.

Le plus récent épisode mettait en scène des situations déchirantes qui nous ont autant attristés que dégoûtés. En effet, ce mardi, nous apprenions que seulement douze doses du remède expérimental étaient disponibles pour les victimes en phase terminale. Huit patients gravement malades ont donc dû être écartés du traitement. Le choix des personnes sélectionnées s'est fait au hasard.

Mais, quand le ministre de la Santé a constaté que son amie Françoise n'avait pas été choisie, il a fait jouer ses contacts afin de s'assurer qu'elle reçoive une dose. Malheureusement, le médicament n'a pas fonctionné sur elle et Françoise est décédée. Ce qui est encore plus tragique que la mort d'une femme enceinte, déjà mère d'un jeune garçon, est que la dose qui lui a été attribuée devait être administrée à un enfant de seulement 7 ans, qui n'a pas survécu.

Un cas de figure injuste comme celui-là est loin d'être irréaliste. Il nous amène même à nous demander si nous aurions fait la même chose que le ministre si nous nous étions retrouvés dans sa situation. À travers sa problématique alambiquée, la série de TVA fait bien plus que nous informer sur les dangers d'une possible épidémie, elle nous confronte à nos propres valeurs. Mentionnons que Guillaume Cyr livre ici une performance crédible et poignante dans le rôle d'un homme politique déchiré entre son coeur et son devoir.

Dans la bande-annonce de la semaine prochaine, on peut voir le ministre s'entretenir par hasard avec la mère du jeune garçon décédé par sa faute. Cette rencontre risque d'être intéressante... La suite, mardi prochain 21h.

Rappelons que TVA a tenu à indiquer, dans un message publié sur ses réseaux sociaux (que vous pouvez lire ici), qu'il ne voulait pas qu'on associe le vrai coronavirus à sa série. On comprend les bonnes intentions de la chaîne, mais il faut avouer qu'il est difficile de ne pas faire des liens entre les deux vu les innombrables correspondances entre la fiction et la réalité.