Showbizz.net - Télévision, cinéma, stars & spectacles!

Publicité

Un chirurgien répond aux critiques du public envers le manque de crédibilité de STAT

Après avoir été attaquée sur la crédibilité de leur proposition, la production de STAT s'est tournée vers un médecin spécialiste, consultant sur l'émission, afin de répondre à certains commentaires des téléspectateurs sur les réseaux sociaux.

Le chirurgien général Hai Huynh explique notamment que de voir une urgentologue au bloc opératoire n'est pas habituel, mais pas interdit non plus.

Concernant les cellulaires que les médecins utilisent fréquemment dans la série, il dit ceci : « Depuis de nombreuses années maintenant, je n'ai plus de Paget. On est en 2022, les appels sont reçus sur mon téléphone cellulaire. Je l'utilise aussi pour texter ou appeler mes résidents, mes externes, pour leur communiquer mes directives. Avoir son téléphone au bloc opératoire, on le fait tous régulièrement. »

À propos du fait qu'un résident a fait une réduction sans sédation, il donne un peu raison aux téléspectateurs. « Il faut comprendre qu'un épisode ne dure qu'une vingtaine de minutes. [...] Ça se peut que certains éléments soient enlevés de façon volontaire ou soient omis parce qu'ils n'apportent rien à l'histoire. »

Certaines personnes ont aussi indiqué sur les réseaux sociaux que c'était impossible qu'un préposé aux bénéficiaires aille dans la même salle de repos que les médecins. « Je suis désolé, mais c'est tout à fait possible », dit-il. « Moi, j'ai beaucoup d'amis préposés aux bénéficiaires, des amis infirmiers, infirmières, quand c'est le temps des séries au hockey ou les Olympiques, ce n'est pas rare qu'on se réunisse tous dans le même salon pour faire une activité. »

En conclusion, il précise ceci : « Je veux juste que vous compreniez que la perfection, ça n'existe pas. Dans n'importe quel hôpital au Québec, il n'y a rien de parfait. Le plus important, c'est le résultat. »

Rappelons qu'une scène difficile a été présentée dans STAT jeudi. La production a indiqué ceci sur les réseaux sociaux.