Publicité
Télé

Noovo réussit à donner tout un coup de lustre à notre Gala Québec Cinéma

En septembre dernier, Radio-Canada annonçait qu'il ne renouvelait pas le Gala Québec Cinéma. Puis, près d'un an plus tard, Noovo reprenait le flambeau. La 25e édition serait diffusée sur ses ondes en décembre.

Le réseau a choisi Jay du Temple pour tenir la barre de ce projet périlleux. Le numéro d'ouverture hilarant présentait d'ailleurs des acteurs de cinéma qui se réunissaient dans un café et apprenaient, à leur grande infortune, que ce serait un humoriste qui animerait la grande célébration du septième art.

Si les précédentes éditions étaient d'un ennui mortel (allons-y sans détour), celle-ci s'est avérée drôle, dynamique, ludique et touchante. Si Jay Du Temple a choisi de ne pas y aller dans la provocation, il a désigné quelqu'un pour invectiver son public à sa place : nul autre que Rogatien (Patrick Huard). Le chauffeur de taxi a usé de son mordant pour taquiner le milieu du cinéma, écorchant notamment au passage l'homme d'affaires Vincent Guzzo. L'animateur lui-même a même eu droit à quelques pointes.

L'hommage aux disparus, mené par le piano réconfortant de Jean-Michel Blais et la voix chaleureuse de Marie-Ève Janvier, a eu l'effet escompté. Oui, des larmes ont perlé sur les joues des téléspectateurs. L'annonce par Maxime Le Flaguais et Marc-André Grondin que le Prix du public avait été renommé le Prix Michel Côté a eu un effet boeuf dans la salle. Les applaudissements étaient retentissants et l'émotion puissante du fils a certainement touché l'audience droit au coeur. Voyez ce qu'il avait à dire sur ce moment fébrile après coup.

Parmi les discours des gagnants les plus mémorables, on note l'émotion vive de Juliette Gariépy, à peine capable de s'exprimer tellement elle était sous le choc. À l'opposé, Kelly Depeault était plutôt stoïque quand elle est montée sur scène pour recevoir son trophée dans la catégorie Meilleure actrice dans un premier rôle. Les deux jeunes femmes n'expriment visiblement pas leur vulnérabilité de la même manière.

Le film Viking est ressorti vainqueur de cette soirée avec pas moins de quatre trophées. Le suspense psychologique Les chambres rouges arrive en seconde place avec deux prix.

Après ce premier effort réussi pour Jay Du Temple, on espère que l'humoriste sera de retour, à l'image de Louis-José Houde à l'ADISQ, pour beaucoup d'années encore à l'animation du Gala Québec Cinema. Il a réussi à redonner une partie des lettres de noblesse aux galas à la télé, si critiqués au cours des dernières années. Il a tout notre respect.