Showbizz.net - Télévision, cinéma, stars & spectacles!

Publicité

Maripier Morin tente de faire amende honorable à Tout le monde en parle

Maripier Morin a effectué sa première apparition télévisuelle en près de dix mois, ce dimanche 2 mai, à Tout le monde en parle, 24 heures après avoir été visée par de nouvelles allégations d’inconduites sexuelles et de racisme dans un article paru dans le quotidien La Presse.

C’est une Maripier Morin qui semblait peser chacun de ses mots qui a pris la parole pour faire le point sur son cheminement des derniers mois, discuter de ses problèmes de consommation d’alcool, des personnes auxquelles elle a manqué de respect, de son retour sur les plateaux de tournage, et de sa nomination controversée à la prochaine Soirée Artis.

Après un long soupir, Maripier Morin a débuté son entrevue avec Guy A. Lepage et Anaïs Favron en déclarant ceci : « Il y a un grand sentiment de honte qui m’habite, parce que, évidemment… mon dieu… je ne suis pas fière de lire ça, de constater aussi que ce que je lis, ce sont des actions et des mots que j’ai portés. Rendue là, la seule chose que je peux faire, c’est de reconnaître que j’ai, par mes comportements, par mes paroles, lésé et blessé des gens. »

Notons également que Maripier Morin a pu prendre la parole en tout début d'émission, alors qu'elle était la seule invitée présente sur le plateau.

La principale intéressée n’a toutefois pas voulu répondre à savoir si ces allégations étaient fondées, répondant qu’elle avait perdu la carte lors des faits qui lui sont reprochés et qu’elle n’en gardait donc aucun souvenir.

« Dans les derniers mois, il y a quelque chose que j’ai réalisé. Et vous allez me dire que c’est la base, mais c’est la notion de respect. J’ai manqué de respect à tellement de monde », a-t-elle avoué.

« Je suis une alcoolique dépendante, et j’étais complètement envahie du sentiment d’être aimée à tout prix, et de façon maladive. Déjà, quand tu mets ça ensemble, ça fait un cocktail molotov. Et si, en plus, tu le combines à l’ego démesuré qui vient quand t’es en consommation, moi je considérais que je pouvais tout faire. C’est malheureux. »

Passé, présent, futur

Pour ce qui est de Safia Nolin, qui avait subi énormément de cyberintimidation à la suite de sa sortie contre Maripier Morin l’été dernier, cette dernière dit ne pas cautionner ce genre d'attaques, affirmant que l'auteure-compositrice-interprète demeure l’une de ses chanteuses préférées, et qu’elle avait eu ces comportements répréhensibles à son égard, tout en tentant de se rapprocher d’elle.

L’animatrice et comédienne a alors choisi une façon controversée pour faire part de ses intentions en ce qui a trait à son avenir professionnel, comparant son droit d’exercer son métier à celui de l’artiste qui avait pris la parole contre elle.

« Ce n’est pas moi ou Safia. Vous n’êtes pas obligés de choisir un camp et d’essayer de vous entretuer. Moi, je suis là pour rester, et Safia est là pour rester. Elle a le droit d’exister, d’avoir sa carrière, de chanter. Et moi, je considère que j’ai aussi le droit d’exercer mon métier », a-t-elle déclaré.

Maripier Morin s’est par la suite défendue d’être raciste, prétextant toujours avoir fait ces « blagues » alors qu’elle était intoxiquée, admettant néanmoins que ce type de commentaires demeure inacceptable en toutes circonstances.

À savoir si son retour sous les projecteurs est trop précipité, elle estime que ce n'est pas à elle de répondre à cette question.

« Il y a quelque chose de sain, aussi, dans la réhabilitation. Il y a des gens qui commettent des crimes odieux, et on les réhabilite. Il faut que je puisse ravoir un semblant de vie normale sans être partout sur Instagram. Je pense que j’ai quand même été discrète. J’ai eu des opportunités, et j’en avais envie, et j’avais besoin de travailler », a-t-elle déclaré.

En toute fin d’entrevue, Maripier Morin a admis, les larmes aux yeux et la voix tremblotante, qu’elle espérait que sa carrière ne soit pas terminée, ne répondant toutefois pas directement à la question de Guy A. Lepage, à savoir si elle pourrait être potentiellement visée par d’autres allégations.

« Je fais un chemin que je fais pour moi. J’ai envie d’être capable de continuer d’avancer [...] La fille qui est en consommation excessive, penses-tu que je suis fière d’elle? Penses-tu que je l’aime? Mais aujourd’hui, je suis capable de me regarder dans le miroir, je suis capable d’aimer la femme que je suis en train de devenir. Rendue là, le reste, ce n’est pas moi qui ai le contrôle », a-t-elle conclu.

Maripier Morin a également indiqué qu’elle avait décidé de renoncer à sa nomination à la prochaine Soirée Artis, qui avait été critiquée par plusieurs membres du milieu culturel québécois.