Showbizz.net - Télévision, cinéma, stars & spectacles!

Publicité

Ariane Moffatt victime de harcèlement depuis la Fête nationale

Les téléspectateurs ont majoritairement apprécié le Grand spectacle de la Fête nationale du Québec qui était uniquement télévisé sur les quatre grandes chaînes cette année, en raison de la pandémie et des mesures de distanciation sociale. Mais plusieurs, dont certains très connus comme Lucie Laurier et Guy Nantel, ont noté l'absence marquante du drapeau québécois dans les festivités. Un manque qui en a choqué plus d'un.

Malheureusement, en suivant l'exemple de Lucie Laurier, plusieurs s'en sont pris à l'animatrice Ariane Moffatt, très présente sur les réseaux sociaux, mais qui n'a absolument rien à voir avec cette décision. D'ailleurs, la Directrice générale du Mouvement national des Québécoises et Québécois a pris la responsabilité de cette erreur en indiquant sur les réseaux sociaux : « D’habitude nous donnons des centaines de drapeaux dans la foule, cette année pas de foule... mon erreur. On ne m’y prendra plus. #pasdecomplot #calmonsnous #FeteNationaleQC »

Ariane Moffatt subit à contrecoeur la foudre des téléspectateurs. Pourtant, elle a mis tout son coeur dans cet événement, tout comme son coanimateur Pierre Lapointe et tous les artistes qui ont offert le spectacle. Elle indique subir du harcèlement depuis : « Vous avez pas idée du niveau de harcèlement que je subis personnellement comme si c'était mon choix, ma faute alors que le MNQ lui même a assumé la responsabilité de ce manquement . Le monde est capoté... »

Souhaitons que cette vendetta cesse et que tous se rappellent le but ultime de la Fête nationale; nous rassembler. D'ailleurs, l'animateur Maxime Charbonneau a bien résumé la situation dans un message ci-dessous.

Revoyez des photos de l'événement ci-dessous. Rappelons que le changement de look de Roch Voisine a beaucoup fait jaser, tout comme l'habillement excentrique d'Hubert Lenoir qui visait à passer un message. Parions que le fleurdelisé ne sera plus jamais oublié.