Showbizz.net - Télévision, cinéma, stars & spectacles!

Publicité

Un certain souvenir : Même Michel Louvain aurait pleuré d'émotion!

On sait que Michel Louvain était adoré des Québécois, et que son départ, le 14 avril 2021, a attristé toute une province. Même la température extérieure était grise, le matin du 15 avril, lendemain du fatidique adieu! On connaît par coeur sa "Dame en bleu", ses béguins pour les "Lison", "Louise", "Linda" et "Sylvie" de ce monde, son inoubliable sourire aussi chaleureux que taquin, son élégance inégalée…

Mais au-delà des lieux communs, que sait-on de notre regretté légendaire chanteur de charme? Un an et demi après son décès, on s’ennuie encore de Michel Louvain. Le spectacle Un certain souvenir, qui nous transporte dans les archives de l’immortel artiste, nous fait revivre des pans de sa vie et sa carrière et ses chansons que son public connaît par coeur, procure un bien fou.

Vraiment, on y passe un magnifique moment. C’est le parfait hommage à Michel Louvain, à la hauteur de l’homme, de sa voix, de son legs, et porté par une génération arrivée derrière le crooner, qui comprend néanmoins l’importance de celui qu’elle honore. La sympathique revue musicale met ainsi en vedette quatre talents trentenaires ou presque, chanteurs et danseurs, qui n’ont peut-être pas connu l’ère Louvain pré-De bonne humeur à TVA, mais qui rendent à merveille le répertoire de leur sujet.

Joëlle Lanctôt (Mary Poppins, Rock of Ages, Mamma mia!) qui revisite doucement "La mer"? La cristalline Suzie Villeneuve (Star Académie, La Voix) qui se joint à une véridique prestation de Michel Louvain sur les notes de "Vous qui passez sans me voir"? Bryan Audet (Star Académie), dont toute la personne transpire la bonhommie de "Y’a d’la joie"? Matthieu Lévesque (Mixmania, Saturday Night Fever) souverain sur "Buenas Noches Mi Amor"? Tous, en impeccable tenue de soirée, jolis comme des coeurs? C’est beau, sans failles, respectueux et ça donne espoir en une nouvelle lignée de voix aussi dignes que Michel Louvain.

Ils sont accompagnés de six musiciens qui ont longtemps véritablement accompagné Michel Louvain sur scène, dont celui qui fut son pianiste et directeur musical pendant plus de 30 ans, Daniel Piché. Ce dernier est fort attachant lorsqu’il exprime ses propres tranches de vie auprès de Michel Louvain. Comme le fait que, non, le fait que notre fier paon n’enfilait jamais ses pantalons dans sa loge avant un spectacle pour ne pas froisser son vêtement, n’est pas une légende urbaine!

Avec amour

Ce grand livre d’une belle histoire du show-business s’ouvre sur des mots doux du véritable timbre de Michel Louvain à l’égard du public, puis l’écran en noir et blanc nous présente un jeune homme tout fringant d’à peine… 20 ans, et un an de carrière. On mentionnera quelques minutes plus tard que l’instant date du Gala des Splendeurs du 3 mai 1958. C’était le début d’une grande aventure et d’une grande romance avec une horde d’admirateurs (et d’admiratrices!) dévoués...

Tout simplement, dans six tableaux reposant sur des pots-pourris de thèmes divers (Début de carrière, Années Cabaret, Charles Trenet, Rythmes du Sud, Prénoms et Reprises), Joëlle Lanctôt, Bryan Audet, Suzie Villeneuve et Matthieu Lévesque lisent des extraits tirés des carnets personnels de Monsieur Louvain, survolent photos, vidéos et découpures de journaux de lui un peu à toutes les époques et racontent des anecdotes. Qui ne s’attendrira pas d’apercevoir un jeune Michel Louvain à la chevelure frisée serré… ou moustachu?

En solo, en duo ou en groupe, nos interprètes s’approprient les si belles chansons de Michel, qu’on a parfois qualifiées de « quétaines », mais qu’on défie quiconque de ne pas murmurer en les entendant!

Entre "Blue Moon" et "Fly Me To The Moon", on comprend que Michel Louvain visait probablement toujours la lune, histoire d’atterrir parmi ces étoiles où il brillait toujours. Lui qui a chanté sur tous les supports, du 33 tours au numérique, qui a cumulé les amitiés féminines avec des partenaires comme Renée Martel, Michèle Richard et Margot Lefebvre, à qui l’ADISQ a attendu jusqu’en 2014 pour lui rendre hommage, aurait sans doute frémi d’entendre le Cabaret du Casino de Montréal, mardi après-midi, s’époumoner sur "Parlez-moi d’amour", "J’attendrai", "Donnez-moi des roses" ou "C’est la faute au Bossa Nova".

Ce sont les deux jeunes hommes de la petite troupe, Bryan Audet et Matthieu Lévesque, qui, d’une complicité palpable, livrent une envoûtante "Dame en bleu", qui fait inévitablement danser. On l’avoue, on en a eu la larme à l’œil, et on l’aurait reprise deux ou trois fois de plus!

La production n’a évidemment pas la prétention de documenter tout le parcours de Michel Louvain en une heure trente, mais ce collage extrêmement vivant, à la mise en scène dynamique signée Joël Legendre, aux textes souvent mignons de Pierre Huet, témoigne d’un amour sincère et senti à Michel Louvain. Ce dernier aurait été ému, flatté.

La finale d’Un certain souvenir se fond dans un mot de Michel écrit au début de la pandémie, alors que les gens étaient privés de spectacles, et culmine dans un enchaînement touchant, incluant bien sûr ce "Certain sourire" qu’on n’oubliera jamais.

« Que tout l’amour de cette salle se rende jusqu’à vous, Monsieur Louvain! », lance Bryan Audet avant de tirer sa révérence avec ses collègues. Michel Louvain la reçoit. On en est sûrs.

Le spectacle Un certain souvenir est encore présenté en tournée jusqu’en avril 2023. Il est à nouveau à l’affiche du Cabaret du Casino de Montréal ce mercredi, 16 novembre, à 14 h et 20 h. Pour toutes les dates, c’est ici.