Showbizz.net - Télévision, cinéma, stars & spectacles!

Publicité
ComediHa! 2019

Voici deux shows d'humour à ne pas manquer

Ce dimanche, nous avons profité des installations du ComediHa! Fest à Québec. Trois villages ont été érigés en ville - à la Place George-V, au Parc de la Francophonie et à Place d'Youville - pour divertir les festivaliers, friands d'humour. Spectacles, nourritures, jeux et activités interactives, tyrolienne; il y en a vraiment pour tous les goûts.

Le festival encourage les participants à créer leur propre parcours afin d'assister à plus d'une représentation par jour. Nous avons suivi cette recommandation et nous sommes assis dans le Ha!ngar à 20 h tapant pour découvrir la version-spectacle de Piment Fort, animée par Normand Brathwaite, qui s'est bien remis d'un bête accident qui l'a momentanément défiguré. Nous avons été épatés par la qualité du concept en salles. Si la proposition s'étiolait à la télévision, elle est ici au paroxysme de son efficacité.

De plus, les artistes et les auteurs n'ont pas à retenir des gags qui seraient censurés par les avocats de TVA. Ici, tout est permis. On y a retrouvé une Anaïs Favron irrévérencieuse, qui n'hésitait pas à mordre dans la blague vulgaire à pleines dents. Celle-ci souligne d'ailleurs, en rigolant, que maintenant qu'elle n'a plus de contrats dans la sphère jeunesse, elle peut se permettre ce genre de prosaïsme débridé. Elle était accompagnée sur scène par le magicien Vincent C et l'humoriste Didier Lambert, qui étaient, sans surprise, comme des poissons dans l'eau.

On retrouvait dans cette salle de ComediHa! une énergie contagieuse et une ambiance électrisante. Tellement qu'on se dit que Normand Brathwaite pourrait bien plancher sur un concept de tournée avec cette mouture scénique de Piment Fort. C'est chaud, c'est chaud, c'est chaud! Il y a définitivement quelque chose à faire avec ça!

Immédiatement après Piment Fort, ComediHa! proposait un Roast Battle plus effronté que jamais. Alors qu'Alexandre Barrette anime la version télévisée, la production a chargé Guillaume Wagner de chapeauter ce projet sur scène. Il faut dire que le choix était plus que judicieux, considérant l'humour tranchant de ce dernier et sa propension à dire tout ce qui lui passe par la tête en se moquant des conséquences. D'ailleurs, en ouverture de spectacle, il met en garde les spectateurs : « rien de ce qui est évoqué entre ces murs ne doit sortir d'ici ».

Si l'émission Roast Battle à Z proposait des duels cinglants, on pousse le concept encore plus loin ici, n'ayant aucune civilité à respecter. Les participants se permettent des coups bas, révélant des choses gênantes sur leur adversaire afin de remporter la joute. Les attaques personnelles et gratuites sont reines dans ce cirque vil. Huit humoristes s'affrontent en duo et reçoivent les commentaires de deux juges qui n'ont pas la langue dans leur poche. Une fois de plus, Anaïs Favron a sorti sa langue de vipère, aux côtés, cette fois, de la légende de l'humour Michel Courtemanche. Il n'a pas ménagé non plus les concurrents, leur signifiant clairement ce qu'il avait aimé et surtout ce qui l'avait déçu dans leur dispute verbale.

Piment Fort et Roast Battle sont deux spectacles d'humour scabreux à ne pas manquer pour les détenteurs de lunettes ComediHa! Consultez l'horaire complet du festival ici.

Et si on proposait une version en tournée de ces deux spectacles irrévérencieux? Des preneurs?