Showbizz.net - Télévision, cinéma, stars & spectacles!

Publicité
Entrevue

Un « conte de fées » signé Aline pour Sylvain Marcel et Danielle Fichaud

La coproduction Québec-France Aline bénéficie depuis quelque temps d’une visibilité appréciable. Entre Cannes et le lancement au Québec, ce vendredi 26 novembre, ce projet de Valérie Lemercier - une fiction inspirée librement de la vie de Céline Dion - fait jaser. Entre fable, comédie et romance, cette histoire raconte l’ascension d’une femme menée par la passion. Véritable lettre d’amour à Céline Dion, le film Aline est tricoté avec coeur.

Rencontrés à Québec dans le cadre de l’imposante tournée de presse du long métrage, les comédiens Danielle Fichaud et Sylvain Marcel ne tarissent pas d’éloges à l’endroit de Valérie Lemercier, hautement généreuse, en plus d’évoquer « le conte de fées » qu’est ce projet.

Sylvain Marcel rappelle que Valérie Lemercier « a trouvé son mari sur Internet ». Il explique : « Elle a googlé acteur comique québécois et j’étais dans la liste. Elle a dit "C’est lui que je veux". » Quand son gérant a communiqué avec Sylvain Marcel pour lui annoncer la nouvelle, le comédien a d’abord cru à une mauvaise blague de Surprise surprise. Dans un moins bon moment de sa vie, l’acteur ne souhaitait pas faire l’objet de cette plaisanterie. Ce n’en était pas une! « C’est comme un conte de fées », lance l’acteur, ravi de cette expérience marquante qui pourrait bien lui ouvrir d’autres portes.

Même son de cloche pour Danielle Fichaud, qu’on n’a pas vue suffisamment dans nos écrans québécois depuis plusieurs années, notamment en raison d’un long épisode de maladie : « Moi, je me pince tous les jours. Gaumont m’a adoptée. »

Sylvain Marcel s’est investi à 100% dans le projet, d’abord avec une prise de poids, mais aussi avec un travail de plusieurs mois sur le personnage et son jeu : « J’ai commencé par faire une imitation de lui, mais ce n’était pas ce que Valérie voulait. […] Elle m’a beaucoup ralenti. J’ai un 25 % d’italien, donc je suis un acteur plus sanguin, plus nerveux. Je l’ai étudié pendant des mois. On a beaucoup travaillé. C’était une bonne chose, parce que j’ai eu moins peur de gaffer. Tant mieux si vous aimez ça! »

Déjà pour l’audition, Danielle Fichaud avait aussi mis tous les efforts : « Je me suis préparé vraiment pour l’audition, j’ai mis 60 heures. J’avais les quatre plus grosses scènes du film. » Pas étonnant alors de la voir camper la maman avec autant d’aisance, une Sylvette Dieu amusante, aimante et authentique. Le tournage n’a pourtant pas été léger, comme l’explique la comédienne : « Parce qu’il y a un plus gros budget, Valérie fait le nombre de prises qu’elle veut, tant et aussi longtemps qu’elle n’est pas satisfaite. Elle veut des scènes parfaites, comme au théâtre. On faisait trois ou quatre scènes par jour, plutôt que douze, quinze, vingt comme au Québec. » Après une première journée de tournage à Paris, en studio, les deux comédiens ont eu le vertige. 

Sylvain Marcel évoque un moment marquant du tournage pour lui : « Il y a cette scène où elle chante pour la première fois devant Guy-Claude. Il faut que les larmes arrivent et elles n’arrivaient pas vraiment. […] On a mis des choses sous l’oeil, pour irriter un peu. Ça allait, mais ce n’était pas tout à fait ça. Alors, elle m’a surpris, Valérie. Elle a mis « Ne me quitte pas » de Jacques Brel, chanté par Céline. C’est d’une beauté! J’en parle et l’émotion monte. Je me suis mis à pleurer. » Ce tournage a vraiment été imprégné de la trame sonore et d’un amour de Céline Dion, à tous moments.

Pour sa part, Danielle Fichaud évoque sa scène préférée ainsi : « Moi c’est la scène du bébé, quand elle lui annonce qu’il y a un bébé. Je braille chaque fois. » Après avoir fait la tournée des festivals en France avec Valérie Lemercier, puis la tournée québécoise, Danielle Fichaud sait de quoi elle parle, en abordant ce film qu’elle aime de coeur et qui lui a permis de développer « une amitié pour la vie » avec Valérie Lemercier. « On se parle aux deux semaines depuis la fin du tournage en 2019. »

Sylvain Marcel y va d’un conseil pour les cinéphiles qui souhaitent voir Aline : « Un petit peu plus de napkins avec votre pop-corn, parce que vous allez en avoir besoin pour vos yeux. On va se faire ramollir le coeur. »

Aline est en salles partout au Québec dès maintenant. Lisez nos impressions sur le film ici.

Aline tapis rouge

Valérie Lemercier réagit aux critiques de la famille Dion à l'égard de son film Aline