Showbizz.net - Télévision, cinéma, stars & spectacles!

Publicité
Critique

Une tangente différente pour Fugueuse la suite : nos impressions

Il aura fallu attendre deux ans avant d'avoir des nouvelles de Fanny, Damien, Natacha et Carlo, après la tornade Fugueuse en 2018. L'auteure Michelle Allen souhaitait concocter une suite digne de ce nom à sa série, dans laquelle elle aborderait le thème de la reconstruction après l'exploitation sexuelle. C'est sur cette prémisse que nous revient cette talentueuse équipe avec Fugueuse la suite, un projet télévisuel intéressant qui prend une tangente différente.

L'idée de départ n'est pas dénuée d'intérêt et appelle davantage une notion de suspense. On retrouve Fanny, qui n'a pas fait la paix avec ses démons, alors qu'elle fraye toujours avec des toxicomanes et prostitués. Si on la sent animée par un désir d'aider autrui, elle ne peut le faire si elle-même est toujours habitée par le drame qui s'est joué quatre ans plus tôt. La mort de sa meilleure amie la hante toujours. Plus encore, elle n'a pas appris à connaître ses limites et ment encore à son entourage, qui l'espère pourtant tirée d'affaire. Parallèlement à son histoire, Montréal est en proie à une vague de disparitions d'adolescents, dont certains ont été retrouvés morts. Une enquête est menée par la Ville de Montréal et il faut faire vite si l'on souhaite protéger ces vies fragiles. Celle de Fanny sera-t-elle en danger, alors qu'elle devra renouer avec des visages de son passé?

Le premier épisode de la série fait la lumière sur ce qui se trame dans la vie de Fanny, qui n'est peut-être pas à l'abri du danger. Il faut attendre les dernières minutes de cet épisode pour comprendre comment les choses ont évolué dans sa vie. Plusieurs, comme nous, le devineront avant la fin. Des jeunes de la rue deviendront très importants pour elle. Ainsi l'on fait la rencontre de Daisy et Yohan, deux adolescents au passé trouble. La première est interprétée par Jemmy Echaquan Dubé, un nouveau visage prometteur qui en est à ses premières armes devant la caméra. Le second est joué par Robin L'Houmeau, un jeune comédien qui saura vous surprendre par sa grande fragilité.

Évidemment, on renoue avec Ludivine Reding, Jean-François Ruel, Kimberly Laferrière, Iannicko N'Doua, Claude Legault et plusieurs autres, toujours aussi bons sous la lentille d'Éric Tessier. Pour leurs personnages, la vie a changé. Pour certains, elle est meilleure, tandis que pour d'autres, le vice est plus que jamais la solution. Après le visionnement des deux premiers épisodes, nous n'avons toujours pas revu Damien, qui est devenu père depuis les événements dépeints dans la série originale. Ludivine Reding nous promet des retrouvailles « très émotives » entre Damien et sa Fanny lors du cinquième épisode.

La série originale avait frappé fort en raison de la justesse du regard porté sur une problématique de société. À travers le parcours d'une jeune femme attachante, on en apprenait davantage sur l'exploitation sexuelle. La suite se disperse davantage en abordant la même thématique de manière beaucoup plus large. La prémisse, bien qu'inventive, paraît aussi un peu forcée. Est-ce que tout cela serait possible? On souhaitera connaître la suite pour Fanny et ses deux nouveaux complices, mais sera-t-on aussi captivés par le sort de tous les autres personnages qui gravitent autour de la jeune femme? Peut-être pas. L'auteure a vu grand et nous promet des coups d'éclat dans la saison.

Moins percutante que la saison originale, du moins après le visionnement des deux premiers épisodes, cette suite n'en demeure pas moins intéressante et saura sans aucun doute rallier un large public. Pour le reste, nous demeurons curieux et ouverts aux surprises.