Showbizz.net - Télévision, cinéma, stars & spectacles!

Publicité

Les artistes fébriles à quelques heures de la première de Zénith

Ça y est, c’est le grand soir! On l’attend depuis plusieurs mois, et c’est ce jeudi qu’est enfin lancée en orbite la nouvelle émission de variétés de Véronique Cloutier, Zénith, à ICI Télé. À quelques heures de la grande première, l’animatrice et les participants de ce grand jeu musical témoignent de leurs impressions à Showbizz.net.

Véronique Cloutier ne tient plus en place et le décrète haut et fort : « il est temps » que Zénith commence, après deux ans de développement en coulisses et presque un an de suspense pour le public. L’icône des variétés télévisées, qui a célébré ses 48 ans le 31 décembre dernier, a encore les yeux brillants d’une gamine lorsqu’on évoque ce type de spectacle d’envergure, qui la fait vibrer autant que La fureur à l’époque.

« J’aime ça! C’est la passion. J’avais tellement hâte de refaire un "show" musical! Ça fait plusieurs années que je vais sur les plateaux des autres émissions du genre, comme "En direct de l’univers", et je m’ennuyais! Je l’ai fait longtemps, et ça manquait à ma vie. »

« L’idée de faire "Zénith" est partie de cette envie de refaire des variétés et d’être en gang. Je le vis avec "Véronique et les fantastiques" [à la radio, à Rouge, NDLR] et je n’ai plus envie d’être nécessairement seule en avant. Je l’ai beaucoup été, et maintenant, j’ai envie d’être en groupe. Et j’avais aussi envie de voir des chanteurs professionnels s’exécuter. Il y a beaucoup de compétitions de nouveaux talents et je suis "fan" de ce genre d’émission-là, mais là, j’avais envie de voir des professionnels amener des numéros plus loin. Ça nous prenait des gens généreux, humbles, audacieux, qui avaient le goût de plonger là-dedans. On a un super casting de 24 chanteurs… et on a plein d’idées pour des saisons 2 et 3, en espérant que ça marche bien et que ça dure! »

Des participants emballés

Bien que forte de sa cinquantaine d’années de métier, Johanne Blouin ne dissimule pas son énervement à l’idée de se produire en direct à Zénith pour défendre les couleurs des baby boomers. On déduit que son coeur battra très fort quelques minutes avant de monter sur scène!

« Je suis nerveuse et excitée! Mais ça me fait du bien d’être en studio, ça nous met dans le bain. C’est stressant, parce qu’on veut bien performer. Moi, j’ai choisi de faire quelque chose dans mon style, en amenant un petit élément nouveau. Sans dénaturer la chanson, pour ne pas que les gens pensent que Johanne essaie de faire la jeune », dépeint la dame, qui ne pourra miser sur l’un de ses succès à la « Dors Caroline » pour enchanter la foule, puisque les artistes n’ont pas le droit d’interpréter un de leurs propres morceaux. « Je chante quelque chose que je n’ai jamais chanté! », signale Johanne Blouin.

« J’ai toujours aimé être sur scène avec un band, chanter "live", "jammer", avoir un rush d’adrénaline et tripper, et ici, c’est la grosse gomme, avec les danseurs, les chorégraphies et les décors. On a une grande liberté d’expression et de créativité. Évidemment, quand on reçoit un courriel annonçant une nouvelle émission de variétés de Véronique Cloutier, on se dit que c’est sûr que ça va être bon! », expose pour sa part Jason Roy-Léveillée (membre de l’équipe des Y), qui a autrefois eu un groupe, les Brothers, qui se consacrait beaucoup à des spectacles corporatifs et des festivals, et qui a pris part à quelques comédies musicales, dont Grease.

Élyse Marquis, elle, nous a éclairé sur son rôle de capitaine des X, fonction qu’occupent également Normand Brathwaite (boomers), Félix-Antoine Tremblay (Y) et Claudia Bouvette (Z).

« Nous, on a rien à apprendre aux artistes, parce qu’ils sont vraiment bons. Notre rôle, c’est de leur dire si leur stratégie a rejoint notre génération. On parle au nom des juges [le public qui vote en studio, NDLR] et on explique pourquoi telle note a été attribuée, ce qu’on a aimé ou moins aimé. Ce qui est le plus grisant, c’est le direct, le band et de voir des artistes qui en ont vu d’autres sortir de leur zone de confort et se dépasser », indique la meneuse des quinquagénaires, qui affirme avoir pleuré lors de certaines répétitions.

Et qu’est-ce qui caractérise la génération X, aux dires d’Élyse Marquis? « On est travaillants! », argue-t-elle.

Normand Brathwaite, de son côté, dit aimer « les gros shows avec de la musique ». « Et je n’avais rien à faire le jeudi soir! », ajoute en riant l’hôte de Belle et Bum, 64 ans, qui s’émerveille de côtoyer une femme de 92 ans dans le jury des baby boomers.

« J’admire Véro, c’est quelqu’un qui m’a influencée toute ma vie, et avec ce sentiment de "revival" de "La fureur", qui a tellement marqué le Québec, je n’avais aucune raison de dire non! », siffle Claudia Bouvette, pendant que, non loin d’elle, son confrère Jean-François Breau (membre de l'équipe des X) se remémore des souvenirs de deux émissions de variétés où il a joué un rôle de premier plan, C’est ma toune et Un air de famille. Il était coach à ce dernier rendez-vous avec… Johanne Blouin! « On est en famille, c’est le cas de le dire », rigole l’artiste.

Apprenez-en plus ici sur toutes les étapes du jeu de Zénith. Aussi, ce tout nouveau format entièrement développé au Québec pourrait bien « faire des petits » à l’échelle internationale: Nous vous en disons plus ici.