Showbizz.net - Télévision, cinéma, stars & spectacles!

Publicité
Entrevue

Julie Snyder revient sur son entrevue avec Amélie Lemieux, et encourage le public à signer la pétition

Julie Snyder a interviewé cette semaine à son émission Amélie Lemieux, la mère de Norah et Romy Carpentier, retrouvées sans vie le 11 juillet 2020 dans un boisé de Saint-Apollinaire, après une alerte Amber qui a tenu tout le Québec en haleine. 

L'animatrice décrit cette entrevue comme la plus touchante de sa carrière. « J'ai souvent été touchée en entrevue, mais j'ai jamais interviewé quelqu'un qui a vécu pire que ça. Pour moi, c'est une survivante », indique-t-elle.

Elle nous explique son lien avec Amélie Lemieux. « Comme tout le monde, à l'été 2020, je me levais le matin et la première chose que je regardais : est-ce qu'ils ont retrouvé les petites? En plus, elle avait une fille qui s'appelait Romy, ça venait me chercher beaucoup. [...] Ensuite, j'ai su que mon médecin, le Dr Tan, l'avait comme patiente. Je parle souvent aux patientes du Dr Tan. Je fais souvent du bénévolat, je donne même mon adresse courriel à des gens que je rencontre dans la rue qui veulent avoir des enfants. Je les aide, j'essaie de les encourager. »

Elle enchaîne : « J'ai parlé à Amélie pour la première fois cet été, et ç'a connecté. Elle m'a dit que c'était important pour elle d'aller parler de la clinique de son médecin. Elle m'a dit qu'elle était prête à aller en studio, mais qu'elle n'était pas capable d'affronter le public, donc on l'a préenregistrée. On l'a fait dans le respect de ce qu'elle voulait. »

En studio, la tension était palpable. « Tout le monde sur le plateau nous disait que ça leur donnait un coup de pied au derrière quand ils la voyaient, ils se disaient : "Mes problèmes à moi me paraissent bien insignifiants". »

L'équipe de La semaine des 4 Julie a fait très peu de montage à l'entrevue, diffusée en deux parties, jeudi soir. Alors que bien des gens auraient été incapables de tenir à bout de bras une entrevue aussi bouleversante sans craquer, Julie Snyder y est apparue plus forte comme jamais. « Je ne voulais pas craquer, parce que je me disais : "Si moi je craque, je ne l'aide pas". J'ai craqué avant, par contre. [...] J'ai pleuré avant, pour ne pas pleurer pendant. Pendant, je me disais que, moi, j'étais là pour l'accompagner, pour qu'elle puisse communiquer ce qu'elle avait à dire. Ce n'est pas à moi de craquer. Il faut que je sois plus forte. J'étais là pour l'accompagner dans l'accomplissement de son rêve, pour qu'elle ait le médecin de son choix, et que la clinique où elle est traitée ne ferme pas. C'était ça ma mission, j'étais dans ma mission. »

Jeudi soir, avant la diffusion de l'entrevue, Julie Snyder a pris le temps de s'adresser au public en studio : « J'aime vraiment mon travail, il est différent chaque jour, mais aujourd'hui, c'est une journée spéciale, parce que je sens que mon travail est utile ».

On a pu voir que les invitées ce jour-là, Annie Villeneuve et Mélanie Joly, étaient très émotives. « Je ne m'attendais pas à ce que Annie soit aussi émue que ça. Mélanie a demandé des mouchoirs pendant la pause. Moi, je l'avais déjà vue [l'entrevue] et je voulais rester zen parce que je trouvais intéressant d'avoir Mélanie sur le plateau, parce qu'il y avait aussi l'enjeu de l'alerte Amber qui, selon moi, n'a pas été déclenchée assez vite. Là aussi, je me suis sentie utile, parce que je me suis dit : ''Mélanie Joly risque d'être nommée ministre dans le prochain gouvernement donc quand elle va voir le rapport du coroner sortir, elle va lui porter une plus grande attention, parce qu'elle était sur le plateau et qu'elle l'a vécue, l'entrevue''. »

Julie Snyder insiste sur le fait qu'il est important d'aller signer la pétition afin que la clinique de Montréal du Dr Tan reste ouverte. « Le ministre délégué veut fermer une clinique parce qu'il dit qu'il y a trop de cliniques. Voir qu'il y a trop de cliniques! Il y a des listes d'attente partout. C'est une petite clinique. Aucune autre clinique veut aider Amélie donc elle, c'est quoi son choix? Dr Than a une clinique à Ottawa. Donc, ça veut dire qu'elle, elle va être obligée d'aller à Ottawa? Elle habite Québec! Déjà que tu es infertile, me semble que tu en as assez de problèmes dans la vie. Et ce n'est pas juste elle, c'est toutes les autres femmes. »

Signez la pétition ici.

Voyez un extrait de l'émission ci-dessous, et l'entrevue complète ici.