Critique

File d'attente : Une série touchante et humaine

Bien que le format de 22 minutes soit généralement réservé aux comédies de situation, File d'attente se classe davantage dans le drame familial. Le premier épisode aborde (en surface, bien entendu, nous n'en sommes qu'à la première demi-heure) les thèmes de la monoparentalité, de l'identification, de la maladie dégénérative et de l'orientation sexuelle. Pas besoin de mentionner que nous sommes ici bien loin des sketchs muets de LOL.

Le concept de la file d'attente - les personnages discutent entre eux alors qu'ils patientent dans un endroit ou un autre; hôpital, guichet automatique, trafic, cinéma, SAAQ, crèmerie, etc. - apporte un second niveau aux situations que vivent les protagonistes. Ils sont forcés de ralentir le rythme effréné de leur vie pour un court moment et ces instants d'inaction leur permettent des réflexions et des perceptions différentes.

«
Te rends-tu compte à quel point on est toujours en train d'attendre.
»
- Laurie-Lou

Si le premier épisode est à l'image de la saison, nous pouvons vous attendre à des performances d'acteurs exceptionnelles. Réal Bossé étonne dans le rôle du père et du fils aimant alors que Muriel Dutil ébranle sous les traits d'une grand-mère qui vient d'apprendre être atteinte de la maladie d'Alzheimer. La jeune Éléonore Loiselle, qui en est à sa première expérience à la télévision, nous touche droit au coeur dans la peau d'une adolescente qui se dit elle-même «
atteinte de cynisme
».

Après nous avoir offert
l'adorable Jenny
, Unis TV récidive avec une série originale touchante et humaine qui mérite notre attention.