Showbizz.net - Télévision, cinéma, stars & spectacles!

Publicité

Sophie Durocher s'enflamme contre Mike Ward et son discours aux Olivier 2019

Avec son discours enflammé sur la liberté d'expression dimanche aux Olivier, Mike Ward n'a laissé personne indifférent. Rappelez-vous ce qu'il a dit ici.

La chroniqueuse Sophie Durocher a publié mercredi un texte dans le Journal de Montréal afin de remettre en perspective les propos de l'humoriste. « Quand Mike Ward rafle trois prix remis par l’industrie, il se présente en victime. Quand Mike Ward remporte un prix remis par le public, il se sent victime », écrit-elle.

Elle déplore principalement le fait que l'organisation des Olivier lui ait accordé une tribune de plusieurs minutes à la fin du gala alors que les remerciements des autres gagnants ne pouvaient excéder 60 secondes. « Sa logorrhée a duré cinq minutes complètes, cinq fois plus que les autres gagnants », indique-t-elle.

Mme Durocher a contacté le directeur des relations publiques de Radio-Canada, qui lui a répondu ceci : « [...] Comme il était le grand gagnant de la soirée, il était normal de lui allouer plus de temps. De plus, nous étions à la toute fin du gala. Il aurait été déplacé de conclure la soirée sur une musique couvrant ses propos. »

Elle précise également que le défendeur de la liberté d'expression avait refusé de participer à une soirée de solidarité suite aux attentats terroristes islamistes à Charlie Hebdo en janvier 2015 parce qu'il s'agissait, selon ses dires, d'« un show anti-Islam organisé par le PQ ». Son collègue Martin Petit faisait partie du lot des invités.

Elle termine son texte en disant : « Dans son discours, Mike Ward a dit que les humoristes étaient comme « un canari dans la mine. Désolée, mais les vrais canaris dans la mine, ce sont les onze victimes de Charlie Hebdo qui sont mortes au bout de leur sang. »

Voyez Mike Ward en salle de presse aux Olivier 2019 dans la galerie ci-dessous.

La victime d'Éric Salvail s'adresse au public et demande de l'aide

Sophie Durocher défend la « liberté d’action » d'Éric Salvail