Showbizz.net - Télévision, cinéma, stars & spectacles!

Publicité

Jay du Temple répond à ceux qui jugent son vernis à ongles

Dans un extrait de l'émission Y'a du monde à messe, que vous pouvez voir au bas de l'article, Jay Du Temple discute avec Christian Bégin de son vernis à ongles, qui fait beaucoup jaser.

« J'ai grandi avec des filles », dit-il d'emblée. « J'ai deux soeurs. Au chalet, elles dansaient sur du Avril Lavigne, ben je n'avais pas d'amis, donc je dansais sur du Avril Lavigne avec elles. Mon film préféré c'était Miss Personnalité. »

Il ajoute : « J'ai toujours eu un côté féminin développé parce que c'était ça chez moi. Ça faisait du sens. C'était la norme. Ce n'était pas différent, c'était nous autres. »

« Je ne peux pas dire que quand j'ai mes ongles faits et que je parle à mon père qu'il ne descend pas les yeux, mais jamais qu'il me dit que ce n'est pas correct », précise-t-il. « Je pense que, des fois, les gens ne font pas la distinction entre si tu ne comprends quelque chose, ton opinion n'est peut-être pas valable, pose une question. »

« Je n'impose ça à personne, juste à moi et c'est vraiment l'fun », conclut-il.

******MISE À JOUR*****

Dans l'émission, diffusée le vendredi 2 octobre, Jay Du Temple ajoutait ceci : « Je ne sais pas si j'affirme quelque chose avec ça. Je ne sais pas. [...] Ce que je trouve l'fun depuis que j'ai les ongles faits, c'est qu'il y a beaucoup de parents qui m'écrivent qu'ils ont des petits gars qui ont des soeurs qui se font les ongles, comme moi quand j'étais petit. [...] Ce que je trouve l'fun c'est qu'ils leur montrent des photos ou des vidéos de moi en leur montrant que c'est correct. »

« L'opinion des gens dans l'équation, elle n'est pas importante », mentionne-t-il.

*********

À Occupation Double, une des candidates comparait Jay Du Temple à la première femme qui a porté un pantalon et qui a été critiquée pour être sortie du standard. On aime bien cette analogie!

Rappelons que nous avons récemment appris les détails du drame familial qu'a vécu Patrick d'OD chez nous et nous en sommes encore ébranlés.