Showbizz.net - Télévision, cinéma, stars & spectacles!

Publicité

Une finale inusitée pour Les beaux malaises

ATTENTION! NOUS RÉVÉLONS DANS CET ARTICLE DES DÉTAILS IMPORTANTS SUR L’INTRIGUE DE LA SÉRIE. SI VOUS N'AVEZ PAS ÉCOUTÉ LE 10E ÉPISODE DE LA TROISIÈME SAISON, NOUS VOUS CONSEILLONS DE CESSER VOTRE LECTURE ICI.

Martin Matte a complètement transformé la manière dont on fait nos comédies au Québec avec ses Beaux malaises. Ses regards à la caméra ont fait la réputation de cette série humoristique percutante, excessivement bien écrite et bien jouée. L'humoristique est arrivé à faire passer d'innombrables messages à travers ses épisodes cinglants - qui s'intéressaient généralement à une thématique précise; la franchise, l'éducation, la notoriété, l'argent, l'intimidation, etc. - et ses personnages souvent caricaturaux, mais toujours profondément attachants.

Le dernier épisode de la troisième saison, que l'humoriste envisage être la dernière - du moins certainement pour un bon moment, traitait de la santé. Martin Matte a brossé un portrait très peu glorieux de notre système de santé québécois qui laisse croupir des malades dans les corridors de l'hôpital pendant des jours, qui force des enfants à attendre en file indienne pendant des heures à l'extérieur d'une clinique sans rendez-vous et qui fait bien mauvaise figure en comparaison aux vétérinaires qui traitent leurs patients sur quatre pattes diligemment pour des symptômes similaires.

L'émission était à l'image de la série en entier : perspicace, drôle et intelligente, mais c'est la finale qui étonnait le plus. Après que les deux frères - Martin et Marc-André - aient souhaité bonne chance à leur mère Monique qui était sur le point de subir une opération à la hanche, le public a été amené dans le passé (où on retrouvait une Monique plus jeune jouée par Caroline Dhavernas) puis a été ramené au cimetière alors que Martin faisait l'éloge de la femme qu'était sa mère.

Bien que la situation paraissait des plus réelles, on ne pouvait s'empêcher de croire (connaissant l'humour sarcastique de Martin Matte) qu'il y avait anguille sous roche. Et effectivement, à la fin de son allocution, après avoir mentionné ceci : « dites donc à vos proches que vous les aimez avant qu'ils se retrouvent ici », le cercueil s'ouvre et Monique en sort et s'exclame : « il faisait assez chaud là-dedans! ». Pendant que tout le monde célèbre la résurrection de Monique, Martin s'approche de la caméra et dit : « il peut arriver n'importe quoi dans Les beaux malaises! ». Effectivement. Et on va s'ennuyer! Merci Martin pour ces trois belles années!

Voyez les bloopers de cet ultime épisode ici :