Showbizz.net - Télévision, cinéma, stars & spectacles!

Publicité
Critique et Galerie de photos

Un Bye Bye 2017 bien dosé, pertinent et franchement drôle

Comme le Québec a vécu beaucoup de remous dans les derniers mois, l'équipe du Bye Bye a dû réécrire 50 % des textes de l'émission de fin d'année à la dernière minute. Évidemment, il était impossible de passer sous silence cette onde de choc entraînée par les nombreuses inconduites sexuelles dévoilées dans les médias, comme nous l'avait mentionné le producteur récemment.

D'ailleurs, quelques brillantes idées sont ressorties de ces scandales dans le Bye Bye. La parodie du film It alors que Gilbert Rozon remplace le clown Pennywise dans les égouts et tente d'attirer ses victimes avec son argent et son influence était brillante. Le sketch sur Éric Salvail dans lequel des employés racontent les pratiques douteuses de leur patron était moins subtil, mais plutôt drôle. La reprise de l'entrevue de Gilbert Sicotte à Radio-Canada s'est aussi avérée assez efficace. C'est le pastiche d'Apollo dans l'frigo qui a le plus déçu, malgré une interprétation assez convaincante d'Anne Dorval dans le rôle du chef cuisiner.

Au chapitre des meilleures imitations, on note Marc Labrèche sous les traits d'une Céline Dion exaltée et débridée, Pierre Brassard en un convaincant Pierre Bruneau et Anne Dorval dans le rôle d'un Kim Jong-un machiavélique et d'une Anne-France Goldwater incontrôlable (bref, Dorval était merveilleuse!). À noter que l'apparition subtile de la comédienne dans son déguisement de l'an dernier (tiré du sketch sur Uber et les taxis) dans le numéro sur La meute était un pur délice. Bravo aux auteurs pour ce flash de génie!

L'idée d'associer les visions de certains politiciens à des maladies mentales dans des capsules de « Bell cause pour la cause » a aussi fonctionné à merveille. Décrire les folies de Trump, ses alliés et ses ennemis à travers les personnages de Passe-Partout s'est aussi révélé être l'un des moments forts de l'émission. Faire une chanson anti-Despacito (parce qu'on l'a trop entendue à la radio) n'était pas bête non plus. L'apparition de l'humoriste Adib Alkhalidey dans le vidéoclip était une belle surprise. Comme j'apprécie beaucoup les reprises de chansons dans les Bye Bye, j'ai trouvé qu'il n'y en avait pas suffisamment cette année, mais, comme plusieurs considéraient qu'ils y en avaient trop auparavant, j'imagine que c'est un juste retour du balancier...

Les gens attendaient avec impatience de découvrir ce que l'équipe du Bye Bye réserverait à Joanie et aux autres candidats d'Occupation Double. Un sketch de 3 minutes, résumant les moments forts de la saison, leur a été finalement accordé. Mais, au vu et au su de cette parodie, on en vient à la conclusion qu'OD était déjà une caricature. La mouture exagérée du Bye Bye nous a semblé moins ridicule que l'originale. Il faut quand même mentionner que Marc Labrèche fait un fabuleux Jay Du Temple (il l'avait d'ailleurs précédemment parodié dans son émission).

Du côté des aspects moins réussis, mentionnons le sketch sur la légalisation de la marijuana, qui n'était pas très inspirée, et le pastiche de District 31, qui nous a laissés sur notre faim. L'apparition de Laurent Paquin déguisé en Denis Coderre manquait aussi de personnalité, tout comme ce passage sur Justin Trudeau à l'ONU.

Bref, cette édition 2017 du Bye Bye contenait beaucoup plus de hauts que de bas. Bravo à Simon-Olivier Fecteau, Guillaume Lespérance et leur équipe pour le travail acharné et le résultat plus que satisfaisant. Comme on dit : jamais deux sans trois? On espère leur retour aux commandes du Bye Bye 2018.