La toile s'emballe

Tourlou 2017 : Les fans séduits par la revue de fin d'année des Appendices

L'humour des Appendices est dans une classe à part. Il faut être un grand fan d'absurde pour embarquer dans leur univers déjanté à pieds joints. Après neuf saisons sur les ondes de Télé-Québec, les comédiens de l'émission à sketchs humoristiques ont tiré leur révérence avec une revue de fin d'année loufoque, intitulée Tourlou 2017.

L'émission a débuté sur un sketch mettant en vedette Roy Dupuis dans le rôle de Jean Chrétien. Le comédien, mal à l'aise dans son interprétation de l'ancien premier ministre, a fini par demander à l'équipe pourquoi il devait jouer ce politicien en particulier. Deux acteurs de l'émission ont mentionné qu'ils avaient l'intention de faire une revue de l'année 1994 plutôt que 2017. Dupuis a donc quitté la pièce, insulté. Déjà, le ton était donné.

Ensuite, les personnages cultes de l'émission, dont Sylvie rencontre, Monsieur Mousteille, Monsieur Puel ainsi que les Rois de la Main, Guy et René, se sont succédé pour parler de sujets chauds de l'actualité récente. Nous avons particulièrement aimé ce sketch des Grand$ génies qui nous a livré une délicieuse explication du consentement sexuel.

« Ouais, mais vous autres les filles quand vous dites non,ça veut dire oui! [...]

Tu nous en apprends une bonne. [...]

Mettons que tu es vraiment connu dans le showbizz,
tu as quand même le droit de te montrer le pogo

dans un meeting et tripoter des filles qui ne veulent pas...»

En plus de Roy Dupuis, l'équipe des
Appendices
a aussi reçu sur son plateau Safia Nolin, dans une brillante interprétation de la « boss de l'internet », et Gabriel Nadeau-Dubois.

Sur les réseaux sociaux, les fans ont souligné leur appréciation en grand nombre. Beaucoup ont dit avoir aimé l'audace et l'originalité des Appendices. Plusieurs internautes souhaitent que Télé-Québec récidive dans les années à venir avec ce concept ludique. On le souhaite aussi!

Du côté du
Bye Bye 2017
,
on nous promet cette année d'affronter les sujets chauds de front
. C'est à suivre...