Publicité
Critique

Révolution à TVA : Il ne faut absolument pas manquer ça

TVA tient entre ses mains un véritable canon avec Révolution, sa nouvelle compétition de danse à grand déploiement. Après avoir visionné le premier épisode, nous pouvons déjà vous dire qu'il ne faut absolument pas manquer cette nouveauté, qui va littéralement tout casser. C'est énorme, c'est impressionnant, c'est de calibre international : c'est finalement tout ce que vous souhaitez d'une telle émission.

Ils sont nombreux à vouloir faire partie de cette aventure, jeunes et moins jeunes danseurs qui devront se dépasser pour impressionner les maîtres de la compétition. Tous les types de danse sont admis, chacun peut y aller de son style, l'important c'est de tout donner. On vous confirme que le calibre est très fort. Plus encore, les danseurs doivent, pour chaque performance, choisir dans leur chorégraphie LE moment de Révolution, soit celui qui en mettra plein la vue. Pendant cet instant, ils seront filmés sur 360 degrés par 128 caméras sur une scène circulaire. Loin d'un gadget, cette innovation télévisuelle nous permet de vraiment comprendre la danse, la précision et la finesse des mouvements et s'avère franchement épatante. On attend avec impatience ce moment où nous pourrons enfin voir la Révolution de chaque participant. L'effet est wow!

Sarah-Jeanne Labrosse n'anime pas Révolution, elle en est l'égérie. C'est du moins ainsi qu'on nous a présenté son rôle. En résumé, elle ne joue pas les « Charles Lafortune ». Elle concentre plutôt ses actions dans les coulisses où elle interagit amicalement avec les danseurs qui attendent leur tour. Elle commente les performances comme on le ferait dans notre salon, montre son étonnement et précise pour tous les règles du jeu. Elle le fait bien. Elle est suffisamment présente et ne s'amuse pas à jouer avec le pathos pour émouvoir. C'est parfait ainsi. Révolution n'a pas l'enrobage sentimental de La voix et on apprécie cela.

Voyez la bande-annonce ici.

De leur côté, les maîtres de la compétition sont irréprochables. On a enfin été chercher des gens du métier, qui connaissent la danse comme le fond de leur poche. Ils sont exigeants, justes et pertinents. Aucun commentaire ne tombe dans la flagornerie. On les sent sincères du début à la fin. À leur contact, on apprend à aimer la danse, même si on ne la connaît pas. Jean-Marc Généreux est juste assez flamboyant. Sa franchise et son expérience sont un atout. Lydia Bouchard est pétillante et authentique. Elle propose plusieurs des interventions les plus marquantes du premier épisode. Quant aux Twins, ils nous font complètement craquer. Ces deux artistes français de renommée internationale feront certainement jaser au Québec pendant toute la saison. En plus, ce n'est pas parce qu'ils sont jumeaux qu'ils doivent être en accord pour pousser le fameux levier. Cela amène une dynamique pour le moins rafraîchissante.

Dans le premier épisode, vous serez complètement épatés, voire émus, par le talent des compétiteurs. Même ceux qui ne sont pas choisis ou qui sont envoyés au ballotage vous impressionneront. C'est dire comment le talent y est. Difficile, à ce point, d'entrevoir qui se rendra en finale. Vous reconnaîtrez aussi quelques visages qui ont fait Danser pour gagner à V, comme l'excellente troupe MARVL. Rappelons qu'une candidate d'Occupation Double sera aussi de la partie plus tard cette saison. Les élus devront franchir trois étapes pour gagner l'aventure et repartir avec la somme de 100 000 $ : les auditions, les face-à-face et les finales.

Québécor Contenu et Fair-Play souhaitent exporter ce concept révolutionnaire partout à travers le monde. Pas de doute que cela se réalisera. La qualité et l'envergure de la production sont à couper le souffle, le résultat est rapidement addictif. Les accroches avant chaque pause publicitaire vous enlèveront l'envie de faire du zapping à tout coup. TVA misait gros en investissant dans cet imposant concept. Pari réussi pour Révolution qui risque d'obtenir de très grosses cotes d'écoute cet automne. On aime!