Près de 2 millions de cotes d'écoute pour Le Banquier spécial « Beaux Malaises »

Dimanche dernier, Le banquier avait préparé une émission spéciale « Beaux Malaises » à ses fidèles téléspectateurs. L'humour caustique de Martin Matte a rejoint 1 887 000 personnes, donc légèrement plus que la semaine dernière, alors que l'animatrice avait revêtu ses habits de noces dans un spécial « mariage ».

Dans cette émission dédiée à la série humoristique de Matte, les beautés étaient des comédiens et des comédiennes qui ont été de passage dans l'un ou l'autre des épisodes de la première ou de la deuxième saison des Beaux Malaises. L'humoriste, qui tentait de récolter le plus d'argent possible pour sa fondation qui vient en aide aux victimes de traumatisme crânien, en a profité pour lancer quelques vannes au célèbre Banquier, en écorchant au passage le concept du jeu télévisé. Ses supporteurs, Martin Perizzolo, Adib Alkhalidey et François Avard, ont aussi mis leur grain de sel pour déstabiliser l'animatrice et remettre le comptable à sa place.

L'émission, qui a duré dix minutes de plus qu'à l'habitude, était suivie par Sur invitation seulement à 21h10. Stéphane Rousseau recevait ce dimanche les humoristes Laurent Paquin et Billy Tellier ainsi que les comédiennes de La galère, Brigitte Lafleur et Anne Casabonne. 819 000 personnes étaient au rendez-vous cette semaine, soit 169 000 téléspectateurs de plus que la première, diffusée la semaine dernière. On peut entendre les soupirs de soulagement de TVA qui a décidé de miser sur l'émission de Stéphane Rousseau dans une case horaire aussi importante que celle du dimanche soir.

Du côté de Radio-Canada, 1 211 000 personnes étaient devant leur téléviseur hier pour écouter la deuxième émission de la douzième saison de Tout le monde en parle. Guy A. Lepage recevait entre autres l'actrice italienne Monica Bellucci, le chef du NPD Thomas Mulcair, l'une des présumées victimes de Marcel Aubut et la comédienne Ingrid Falaise, qui a livré un puissant et troublant plaidoyer contre la violence conjugale.