Showbizz.net - Télévision, cinéma, stars & spectacles!

Publicité

Marie-Chantal Toupin parle de ses déboires à Tout le monde en parle

Il y a quelques années, Marie-Chantal Toupin avait décidé de prendre un an de pause du show-business. Elle avait alors congédié tous les membres de son équipe. Deux ans plus tard, quand elle a voulu revenir sous les projecteurs, elle a dû reprendre le contrôle de sa vie et rappeler ceux et celles qu'elle avait abandonnés.

« J'ai fait une paranoïa de j'sais pas quoi. Deux ans et demi assis sur le bord de ton comptoir, à jaser avec tes chiens, pas d'amis, j'ai flushé tout le monde, tu deviens comme dans un cercle vicieux. Je voyais pu blanc, je voyais juste noir », précise-t-elle.

L'animateur a questionné l'artiste les messages racistes qu'elle a publiés sur Facebook, et qui ont beaucoup fait jaser au Québec.

« J'ai appris en 2014-2015 qu'on tourne sa langue quand tu veux faire une blague plate... Moi je ne pensais pas qu'en publiant ça sur mon Facebook personnel tout le monde allait republier. »

Quand Guy A. Lepage lui demande pourquoi elle a écrit ces choses et si elle regrette ces paroles, la chanteuse répond simplement : « Je me cherchais des amis et finalement, je me suis trouvé des ennemis. C'est sûr que je regrette. »

« De toute façon, Facebook ne veut plus de mois, ils m'ont flushé cinq fois. Ma vie va beaucoup mieux depuis d'ailleurs. Je réponds par contre à tous les gens sur la fan page », précise l'interprète de « Sans regret ».

Elle s'est dit également déçue d'avoir été congédiée de l'émission Flip de filles au printemps dernier. « Surtout qu'ils sont allés chercher des trucs écrits en 2014. »

« Des erreurs je vais en faire toute ma vie », lance-t-elle. « À 80 ans, je vais être encore en train d'apprendre. Ça fait partie de mon apprentissage, il y a personne de parfait. »

Des mains de Dany Turcotte, la chanteuse a reçu une carte sur laquelle il était inscrit ceci : « Maintenant tu sais qu'il est beaucoup plus prudent de faire une sortie avec tes chums de filles que de prendre Facebook pour une poubelle, maudit bordel. »