Publicité

Irrésistible Léo

L'ami Léo débarque sur Club Illico dès aujourd'hui et il pourrait bien vous mettre un sourire dans le visage pour un bon moment. Ce nouveau projet tout droit sorti de l'imagination de Fabien Cloutier, aussi tête d'affiche, est aussi délirant, sincère, beau qu'irrésistible. On rit beaucoup avec Léo, on passe un moment plus qu'agréable et le visionnement en rafale est incontournable. Les amateurs de séries humoristiques seront ravis...

Lorsque son ami Chabot décide de se caser avec un emploi stable et une famille bien à lui, Léo est laissé à lui-même, dérouté, dans une vie sans attache qui ne lui convient plus. Le quarantenaire, éternel adolescent et célibataire endurci, attend visiblement plus de l'existence. Il se lance donc dans une quête pour trouver l'amour et une carrière, encouragé par ses nombreux partisans, dont le plus fervent est son père. Le bonheur n'est jamais bien loin pour Léo...

Comme une bouffée d'air frais, Fabien Cloutier assoit son histoire dans le village fictif de Walton, un lieu pittoresque peuplé de personnages tous plus colorés les uns que les autres. Il y a les « vainqueurs », ces anciens amis étourdis de Léo qui n'évolueront jamais. Il y a la mairesse coiffeuse, qui gère son village aussi bien qu'elle sait faire un tour d'oreille. Il y a ces nombreux enfants, aussi insolents qu'attachants. Puis il y a ce père et ce fils, un duo charmant qui n'hésite jamais à sortir le petit joint « illégal » qui traîne pas loin. Sans jugement, l'auteur - qui a travaillé avec Steve Laplante, Érika Soucy et Claude Lalonde - dépeint avec beaucoup d'amour cette petite communauté tissée serrée. Derrière la caméra, Jean-François Chagnon fait un travail splendide en magnifiant ces êtres plus vrais que nature, qui nous font rire autant qu'ils nous charment.

Évidemment, le mérite revient aussi aux comédiens qui sont tout simplement parfaits. Dans le rôle-titre, Fabien Cloutier revient à ce personnage qu'il avait créé pour le théâtre et qui lui colle à la peau. Si son Léo a de gros défauts, le comédien nous fait d'abord voir ses qualités et son âme et on s'éprend immédiatement du personnage autant que de l'acteur. Comme dans tous les projets de Fabien Cloutier, l'émotion et la réflexion ne sont jamais bien loin derrière le rire. Les scènes qu'il partage avec Julien Poulin, touchant en père bienveillant, sont fabuleuses et on en prendrait toujours plus.

À leurs côtés, les « loosers » interprétés par Vincent Leclerc, Hubert Proulx (quasi psychédélique), Sébastien Dubé et Luc Boucher vous feront rire et grincer des dents. Anne Dorval est prodigieuse dans la peau de la mairesse-coiffeuse, mèche mauve à l'appui. Et que dire de Marc Labrèche qui apparaît après trois épisodes dans un costume aussi drôle que son personnage macho et directif! Délectable. On prendra certainement plaisir à côtoyer la gang de Dubeau Gâteau (Mario Jean, Simon Lacroix, Guillaume Cyr et Marie-Laurence Moreau), qui arrive aussi au quatrième épisode et dont la chimie est belle à voir.

L'échec ne semble pas être au programme pour Fabien Cloutier, puisque tout ce qu'il touche se transforme en or, comme c'est le cas ici pour Léo. Cette série, un véritable bijou, a ce petit je-ne-sais-quoi d'émouvant qui nous emporte, en plus de nous faire rire aux larmes avec ses situations loufoques (la visite à Montréal du premier épisode est hilarante et donne le ton). Les 11 épisodes sont disponibles dès maintenant sur Club Illico et il faut absolument y jeter un oeil!

Voyez nos photos du lancement ici.