Showbizz.net - Télévision, cinéma, stars & spectacles!

Publicité
Éditorial

Cheval-Serpent ou le mystère derrière son annulation

Il y a des annulations et des renouvèlements au petit écran qui sont plus prévisibles que d'autres. Quand une série ne rejoint pas son public, on peut comprendre que le réseau décide d'y mettre un terme précipitamment. Il n'y a pas souvent de deuxième chance dans le milieu compétitif et changeant de la télévision moderne.

Rappelons que, récemment, la série Demain des hommes a accusé une abrogation après une seule saison en ondes. Le réalisateur a d'ailleurs réagi à la nouvelle en ces termes.

Un cas qui nous étonne particulièrement reste celui de Cheval-Serpent, qui a été annulé après deux saisons en exclusivité sur l'EXTRA d'ICI.tou.tv puis sur les ondes d'ICI télé.

Dès que la première saison a été mise en ligne, la société d'État a annoncé un nouveau record de branchements; 300 000 en dix jours à peine. La seconde mouture a aussi été l'une des plus populaires sur la plateforme payante de la chaîne à l'été 2018. De plus, la série a connu un succès épatant lors de sa diffusion sur ICI télé. À l'hiver 2018, chaque semaine entre 850 000 et 950 000 personnes étaient installées devant leur téléviseur pour regarder les vies peu ordinaires des danseurs nus du bar de Dorice et David, selon les cotes d'écoute révisées de la firme Numéris.

La deuxième saison, diffusée à ICI télé depuis le 9 janvier 2019, rejoint presque autant de curieux que l'an dernier. Le premier épisode a été vu par 807 000 téléspectateurs, toujours selon les cotes d'écoute révisées. C'est donc dire que Cheval-Serpent a été regardé par quasi le même nombre de gens que la nouveauté Une autre histoire avec Marina Orsini. Difficile de parler d'un échec au niveau des cotes d'écoute, surtout que, rappelons-le, la série avait déjà été vue par des dizaines de milliers d'internautes grâce à l'exclusivité web.

Il faut donc chercher ailleurs qu'au niveau de la popularité pour justifier son annulation. Évidemment, produire une série lourde comme Cheval-Serpent coûte plus cher qu'un téléroman. Le changement qui s'opère actuellement dans le monde des médias affecte les budgets des réseaux et les amène à reconsidérer leurs priorités.

Il y a aussi les critiques qui n'ont pas été douces avec ce projet plus lascif de Danielle Trottier. La série a même reçu le « Prix du réparateur » lors de la plus récente cérémonie des Zapettes d'Or, décernée par l'équipe de C’est juste de la tv. Mais, cette « mauvaise presse » aurait-elle été suffisamment influente pour convaincre le diffuseur d'abandonner le projet? Pour notre part, nous n’avions pas détesté cette proposition différente, au contraire.

Il faut savoir aussi que la finale de la deuxième saison laissait entendre une suite. L'auteure nous a même confirmés qu'elle aurait espéré poursuivre l'histoire encore un peu...

Voilà là un mystère qu'on a du mal à s'expliquer.