Critique et Photos

Bye Bye 2018 : Pas à la hauteur des dernières années

Comme il s'agissait de la 50e édition du Bye Bye, l'équipe de l'émission de fin d'année avait une pression supplémentaire afin d'offrir une mouture exemplaire au public québécois. A-t-elle relevé le défi? Plus ou moins.

Il faut par contre le mentionner d'emblée, nos attentes étaient excessivement élevées. Comme Simon-Olivier Fecteau et son équipe nous avaient livré des éditions presque parfaites au cours des deux dernières années, celle-ci était attendue de pied ferme.

Il y avait, évidemment, des sujets incontournables que le Bye Bye 2018 se devait de traiter et Hubert Lenoir en faisait partie. La parodie de sa chanson « Fille de personne II » s'avère d'ailleurs l'un des meilleurs moments de la soirée, notamment grâce à l'interprétation incroyable d'Anne Dorval, qui était méconnaissable.

« 
J'ai juste 6 mois de carrière et je suis déjà plus populaire que Jésus
»

La controverse entourant les spectacles SLĀV et Kanata de Robert Lepage faisait aussi partie des polémiques que le Bye Bye ne pouvait éviter. Celle-ci a été abordée dans un sketch peu nuancé, mais tout de même cocasse dans lequel le metteur en scène (joué par un Patrice L'Écuyer crédible) décrivait sa nouvelle pièce de théâtre, l'adaptation de Black Panther avec une distribution formée uniquement de comédiens blancs, à l'exception d'un seul noir, qui jouait un arbre.

Évidemment, la légalisation du cannabis a été mentionnée. Celle-ci a pris la forme d'un sketch où les employés de la SQDC faisaient la promotion d'une méga vente Boxing Day malgré une pénurie de marchandises. « Des milliers de clients. 3 succursales. Aucun produit. »

On n'a pas échappé non plus à un long segment consacré aux bourdes de Donald Trump, « Le fake Bye Bye de Donald Trump ». On comprend que le sujet était inévitable, mais la manière de l'aborder manquait d'originalité et le tout s'avérait redondant avec les moutures précédentes. On a préféré cette parodie de Fugueuse, présentée en ouverture de l'émission, où Melania Trump était recrutée par Damien Stone, mais devenait rapidement un caillou dans le soulier du proxénète.

Justin Trudeau a aussi dû goûter à la médecine des scripteurs du Bye Bye. Ce Bollywood qui nous présentait un premier ministre sous l'influence d'une drogue désormais légale nous a fait regretter la fraîcheur de Justin Poppins, proposé par la même équipe en 2016.

Au rang des heureuses surprises, mentionnons ce pastiche du film Les affamés, devenu Les assoiffés, en réponse à cette grève des employés de SAQ qui a mis le Québec en état de panique. Ce fut même l'occasion pour les téléspectateurs de renouer quelques secondes avec le policier Ben Chartier de 19-2. Le clin d'oeil à XOXO, rebaptisé SOSO, nous a aussi fait décrocher un sourire, tout comme cette caricature de Safia Nolin par Véronique Cloutier qui reprenait les chansons les plus égayantes d'ici et d'ailleurs avec un timbre de voix mélancolique.

Mention spéciale au personnage de Claude Legault dans le vox-pop de Guy Nantel, un « beau niaiseux » qu'on voudrait tous adopter. « Le papaille! »

Il faut également souligner le retour de Marc Labrèche en Céline Dion, qui, par son interprétation brillante et délirante, nous permet de pardonner des sketchs plus faibles comme cette scène sur les médecins spécialistes, cette autre sur l'Académie des réseaux sociaux ou ce tour du monde de RBO, qui nous a tout de même permis de faire la mention de quelques graves événements internationaux ainsi que la commotion entourant l'ouverture du IKEA de Québec. L'évocation du Pacte et l'apparition de Catherine Dorion manquaient aussi de piquant.

Le Bye Bye 2018 a souffert d'un manque d'originalité en comparaison aux éditions précédentes, qui nous avaient surpris de par leur manière étonnante d'approcher les sujets chauds de l'année. Et, il faut l'admettre, même si Claude Legault a livré un fier combat, le Bye Bye 2018 a aussi souffert du départ de Marc Labrèche...

Entendons-nous, nous sommes bien loin de l'échec, mais cette proposition n'est pas à la hauteur de ce que l'équipe de Fecteau a su nous proposer ces dernières années. On souhaite quand même ardemment la revoir reprendre les rênes de ce projet ambitieux l'an prochain.

Voyez ici les 5 meilleurs moments du spécial Infoman.