Richard Martineau engendre la grogne avec son texte « Les filles, c'est nono »

Voulant sans doute provoquer, le journaliste a obtenu ce qu'il voulait : la grogne de ses lectrices et lecteurs, qui le traitent de machiste et d'insensible.

Voici quelques extraits de l'article « Les filles, c’est nono (projet de monologue) », qui ont engendré la colère de bien de femmes dans les dernières 24 heures :

« On est le 23 juillet, il fait 35 degrés, c'est chaud, tout le monde étouffe, toi, t'es un gars, tu es en short et en sandales, tu te retournes vers ta femme et tu lui dis: «Tu vas porter un col roulé, des gants noirs, des bas de laine et un gros voile sur la tête parce qu'Allah veut que tu t'habilles comme ça», et elle va te regarder en disant: «OK!» C'est pas un peu nono, ça? »

« Ou alors, tu regardes ta blonde et tu lui dis: «Chérie, j'aimerais ça que t'aies des plus grosses boules. Pourquoi tu ne vas pas chez le docteur te faire injecter du plastique dans les seins pour me faire plaisir?»

La fille va te regarder et va dire: «OK!»

Pas plus compliqué que ça! »

« Tu es éditeur de magazines et tu veux que les filles lisent tes revues?

Écris qu'elles sont grosses et qu'elles devraient suivre tel ou tel régime pour perdre du poids.

Tu vas devenir riche! Elles vont toutes lire ton magazine!

Les filles ADORENT se faire dire quoi faire pour être moins moches, ça les fait triper! »

« Il y en a même qui se font tabasser par des gars violents... et qui retournent les voir!

«Ben voyons, pourquoi t'as recouché avec lui s'il t'a battue?

— Parce que c'est une vedette, qu'il est beau et célèbre! »

Voici quelques-uns commentaires qu'on peut lire sous sa chronique et sur Twitter :

« Parce que Richard Martineau est un dangereux misogyne.

Parce que Richard Martineau est un dangereux anti-féministe. »

Plus de 850 signatures ont été amassées pour le moment.