Publicité

Mike Ward s'insurge contre le fait de se faire traiter de « mauvaise personne »

Après son passage en cour ce mercredi contre la Commission des droits de la personne, où il est question de la fameuse histoire de Jérémy Gabriel, Mike Ward en avait gros sur le coeur. L'humoriste a d'abord réagi avec exaspération auprès des médias présents, mais il a tenu à préciser sa pensée ensuite sur les médias sociaux.

Il avait d'abord dit, selon le TVA Nouvelles : « Je trouve dégueulasse d’être ici pour avoir fait de l’humour noir, a laissé tomber l’humoriste en sortant de la Cour d’appel à Montréal. Qu’ils mangent de la marde! »

Ainsi, dans une publication Facebook dans laquelle on sent encore beaucoup de colère et d'amertume, il s'indigne que sa liberté d'expression soit attaquée de la sorte, pour une blague faite il y a dix ans dans son spectacle S'eXpose.

Il dit : « C'est tellement ridicule être en cour contre la Commission des droits de la personne pour une blague que j'ai écrit il y a 10 ans. Une blague de mauvais goût, certes, mais une simple blague pareil.

En plus c'est ça que je fais dans la vie, des blagues de mauvais goût. C'est comme mon "trademark". J'ai gagné de nombreux prix et fait le tour du monde avec ces blagues de mauvais goût. Amener Mike Ward en cour pour une joke de mauvais goût ça serait comme donner un ticket à Vin Diesel parce qu'il conduisait vite dans The Fast and the Furious. C'est complètement stupide. »

Il ajoute qu'il trouve insupportable que la Commission tente de le faire passer pour une mauvaise personne qui méprise les handicapés, alors que c'est bien le contraire dans le concret du quotidien.

Il écrit : « En plus la Commission essaie de me faire passer pour une mauvaise personne qui ne respecte pas les handicapés. Google moi, tu vas voir tout ce que j'ai fait pour les handicapés. Je ne suis pas une mauvaise personne.

Si tu veux voir des mauvaises personnes, google Mario Gauvin, ancien médiateur de la Commission des droits de la personne qui a plaidé coupable après avoir eu des relations sexuelles avec un enfant de moins de 14 ans.

Ou google Camil Picard, ancien président de la Commission des droits de la personne et DE LA JEUNESSE qui a perdu son emploi suite à une histoire de pédophilie lui aussi.

Ça c'est des mauvaises personnes. Pas moi. Moi je suis juste un gars, qui vit son rêve, une joke louche à la fois.

L'humour n'est pas un crime. »

Vous pouvez voir sa publication complète ci-dessous.

Mike Ward explique qu'il continue de se battre pour éviter un précédent en humour qui pourrait faire mal aux autres humoristes dans le futur. La liberté d'expression a souvent été au coeur des discussions dans les dernières années, que ce soit en humour ou dans d'autres milieux, mais elle l'est plus que jamais avec cette histoire qui oppose Ward et Gabriel.

Rappelons que Mike Ward a dévoilé avoir déboursé des sommes astronomiques dans son procès contre Jeremy Gabriel.