Entrevue

Marie-Mai nous parle de son spectacle au Capitole et de ses projets à venir

Rencontrée lors de la promotion de son spectacle en résidence à Québec, Marie-Mai avait l'air franchement rayonnante et fière de présenter ce projet aux gens de la Vieille-Capitale.

Un spectacle intense

D'entrée de jeu, la chanteuse nous accueille en nous parlant de ce projet impressionnant qu'elle présentera à compter de ce jeudi, 10 mars, au Théâtre Capitole de Québec. « Les répétitions commencent ce mercredi, histoire de se remettre le spectacle en tête, parce qu'on l'a fait quelques fois à Montréal, 22 fois en fait en 25 jours, mais ça fait quand même deux mois de cela, alors on va replacer les chansons, on va faire une couple d'enchaînements et le show commence jeudi. »

Elle ajoute, avec passion : « Je suis super fière de ce show-là, je suis fière de comment on l'a monté, je suis fière aussi de la transition musicale qu'il y a à travers ce spectacle-là. Il y a la même énergie que dans mes spectacles habituels, c'est tout aussi imposant, c'est aussi gros au niveau du décor et des éclairages. Il y a une intensité que j'aborde un peu pour la première fois au niveau de la théâtralité. Je fais une reprise de Nirvana, « Smells Like Teen Spirit », mais version orchestrale, avec du piano. C'est quelque chose que je n'avais jamais vraiment fait en spectacle. C'est moi qui fais la mise en scène de ce spectacle-là, c'est donc moi qui ai choisi l'ordre des chansons et les arrangements. C'est important quand tu fais ce métier-là de prendre des risques, de sortir des sentiers battus. »

En plus des pièces bien connues du répertoire de la chanteuse, on aura droit à quelques reprises durant ce spectacle, notamment « Blank Space » de Taylor Swift, « Sorry » de Justin Bieber et « Lean On » de Major Lazer. Un spectacle qui promet certainement. D'ailleurs, il affiche pratiquement complet pour toutes les dates. Nous vous offrirons dans un article suivant des photos et une critique de la première médiatique à Québec du spectacle.

Travail, passion et patience

Si on lui demande quelle est la recette de son succès, Marie-Mai avoue ne pas tout comprendre. Mais elle connaît ses forces et sa confiance en elle, présente depuis ses débuts, est évidente.

« Moi, je ne sais pas ce qui fait en sorte que les choses ont fonctionné pour moi et pas pour quelqu'un d'autre, mais c'est sûr et certain que la confiance en soi ça aide. Ça aide parce qu'on est dans un métier où il y a tellement de compétition, où il y a tellement d'insécurité qu'en étant là, je me dis que je vais donner le meilleur de ce que je peux donner et je sais où sont mes forces, je sais ce dans quoi je suis bonne et je vais miser là-dessus. Donc c'est certain que la confiance en soi, c'est un atout extraordinaire.

Mais après ça, il y a le travail, la passion, la patience. Je me souviens de mes premières années où ça fonctionnait plus tranquillement, mon premier album. On avait vendu 6 000 copies la première semaine, puis je me souviens que dans la première année et demie, on était bloqué à quelque chose comme 15 000 copies. Ma compagnie de disque voulait que je tourne la page sur cet album-là, mais moi je sentais que je n'étais pas allée jusqu'au bout, que j'avais encore des choses à dire avec cet album, qu'il y avait des chansons que je voulais que les gens découvrent.

Ça s'est fait tranquillement, les salles n'étaient pas pleines, mais plus je faisais des shows, plus je sentais qu'il y avait un engouement, que les gens aimaient ce que je livrais sur scène. Jusqu'à ce qu'on sorte la chanson « Encore une nuit », qui était le troisième extrait de cet album-là, et là les choses ont vraiment commencé à exploser à partir de cette chanson-là. Quand les gens ont vu que j'avais quelque chose à compter. Cette chanson parlait de la violence faite aux enfants, c'était plus sombre. C'est comme si les gens m'avaient vu pour la première fois. »

Des projets inspirants à venir et de la nouveauté

Si on lui demande quels sont ses projets pour la prochaine année, Marie-Mai s'anime. Elle avoue avoir plein de belles choses au calendrier, mais peu dont elle peut parler pour le moment. Elle nous a toutefois confié avoir un projet qui la ramènera à Québec cet été. On ne pouvait en savoir plus, malheureusement. Peut-on penser à un spectacle au Festival d'été de Québec ou au Centre Vidéotron? Espérons en savoir plus bientôt...

Sinon, l'artiste nous dit avoir l'envie de faire un album en anglais : « Au mois d'avril, je vais aller en Californie faire des sessions d'écriture là-bas. C'est toujours quelque chose que j'ai eu envie de faire, mais que je n'ai jamais vraiment eu le temps de faire. Je n'ai jamais pris le temps de le faire aussi. Probablement que ça va se faire... L'année dernière, on est allé planter des graines là-bas qu'on n'est pas encore allé récolter. On a laissé ça un peu de côté, puis là je vais y retourner dans les prochains mois. »

Quant à un album en français, elle indique : « On va travailler tranquillement sur un album. Je ne suis pas pressée. Je suis au courant que mon prochain album va attirer l'attention. Et pour moi, c'est important de le faire quand je vais être prête et de le sortir quand je vais sentir qu'il est prêt, que c'est le meilleur album que je pouvais faire. Bientôt, je vais probablement faire de la coécriture avec d'autres personnes, des personnes avec qui j'aimerais travailler. » Quand on lui demande avec qui elle aimerait travailler, elle mentionne sans hésitation Ariane Moffatt qui est une de ses complices depuis un bon moment déjà. Avouez qu'une collaboration entre les deux chanteuses serait géniale!

Rupture médiatisée et vie privée

Évidemment, rencontrer Marie-Mai sans lui glisser quelques mots sur la tourmente qui l'a bousculée récemment est presque impossible. Elle nous a parlé de son lien actuel avec Fred St-Gelais : « Éventuellement, qui sait, est-ce que Fred va avoir des chansons sur cet album-là? [le prochain] Probablement. On est encore tellement amis, on se parle tous les jours, c'est une relation qui, pour moi, transcende notre situation.

N'importe qui, dans la situation, aurait pris du recul pour digérer cela. Mais je suis fière de comment on a géré le tout. On a vécu trop de belles expériences pour venir mettre un nuage gris au-dessus de tout ça. Moi je vais avoir des souvenirs positifs pour le restant de ma vie de tout ce qu'on a fait ensemble. C'est un ami qui va rester avec moi encore très longtemps. »

Si elle refuse de commenter les rumeurs qui la voudraient de nouveau en couple, Marie-Mai explique qu'elle souhaite dorénavant garder sa vie personnelle plus privée. « Dans les derniers mois, j'ai été plutôt échaudée par toute la tempête médiatique qu'il y a eu autour de ma relation. Donc pour le moment, je ne commente pas là-dessus et j'essaie de garder ma vie privée privée. Il y a beaucoup de rumeurs qui ont couru autour de ma vie privée aussi et que je ne souhaite pas commenter. »

Quant à l'article de Nathalie Petrowski paru dans La Presse et qui a déclenché beaucoup de réactions au sein du public et des médias, Marie-Mai maintient sa position : « Pour être 100% honnête, je n'étais pas là quand l'article est paru. Je ne l'ai même pas lu. J'en ai entendu parler. Les gens autour de moi m'en ont parlé. J’ai lu des extraits repris, des phrases qui avaient été dites dans cet article-là. Mais je n'ai pas d'énergie à dépenser là-dessus. Moi, je suis quelqu'un qui focuse sur le positif, sur ce qui va bien dans la vie. Je regarde en avant. Je comprends qu'en étant dans le public, ça va faire réagir, les gens vont s'attendre à certains trucs venant de moi, mais je ne dois pas de compte à personne par rapport à ma rupture. La seule personne à qui je dois des comptes là-dedans, c'est à Fred puis ça, on le gère très bien ensemble. Donc à partir de ce moment-là, le reste ne m'appartient pas. »

Pour en savoir plus sur Marie-Mai, sur ses projets et sur les dates de ses spectacles, vous pouvez consulter son site web officiel.

Marie-Mai nous a également parlé de La voix Junior et nous a révélé ses coups de coeur de La voix 4. Voyez la suite de l'entrevue ici.

Avec la collaboration d'Élizabeth Lepage-Boily.