Showbizz.net - Télévision, cinéma, stars & spectacles!

Publicité

La victime alléguée d'Éric Salvail avoue avoir tenté de se suicider récemment

Nous apprenions cette semaine l'identité du seul plaignant retenu par le Directeur des poursuites criminelles et pénales dans une poursuite contre Éric Salvail pour agression sexuelle. Celui-ci a décidé de sortir de l’ombre afin d’accorder des entrevues, avec l'autorisation du DPCP.

C'est ainsi que Donald Duguay s'est présenté avec courage sur le plateau de Guy A. Lepage ce dimanche, pour parler de son expérience et pour expliquer qu'il veut dorénavant que les victimes relèvent la tête, pour que les agresseurs baissent la leur.

Dans cette entrevue fort pertinente où Donald Duguay s'est exprimé avec éloquence, toujours en sachant que chacun de ses mots pourrait être analysé durant le procès, il a avoué avoir tenté de mettre fin à ses jours en janvier. « Je me suis rendu compte que j'étais le seul plaignant, ça reposait tout sur mes épaules. C'était une lourde responsabilité. J'entendais toutes sortes de commentaires, à gauche et à droite sur mon cas, de gens qui ne me connaissent pas du tout. [...] Tant qu'à continuer de vivre dans une société comme ça, qui préfère fermer les yeux, je préférais partir », dit-il résilient.

Il ajoute : « Le suicide est un maître très exigeant. Il vient presque toutes les nuits et ne repart jamais sans son tribut. Son tribut, c'est une part de souffrance. »

Donald Duguay a expliqué avoir reçu beaucoup d'appui depuis qu'il a dévoilé son identité. Il précise toutefois se tenir loin des commentaires haineux, qui sont malgré tout nombreux sur les réseaux sociaux. Celui-ci avait précédemment réagi à un flot de haine, après avoir demandé l'aide du public pour une poursuite au civil.

Donald Duguay avait ceci à dire aux gens qui souhaitent un retour d'Éric Salvail à la vie publique : « D'une certaine manière, ils ont raison. C'était un bon animateur. Il avait du talent. Mais je crois personnellement que même si ces gens-là veulent qu'il revienne, il faut quand même, par respect pour la justice, attendre le verdict de la justice. S'il se trouve non coupable, ce sera à l'industrie de décider si elle veut le réintégrer. »