Showbizz.net - Télévision, cinéma, stars & spectacles!

Publicité

Julie Snyder dit être victime de harcèlement psychologique par PKP

Dans la foulée d'un article paru mardi dans le Journal de Montréal, dans lequel on indiquait que Pierre Karl Péladeau poursuit en justice l'ex-conjoint de sa défunte petite amie, Julie Snyder a réagi dans les médias.

En effet, hier, on écrivait que l'ancien chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, poursuit Daniel Lacombe, ex-conjoint de Marie-Christine Couture, pour atteinte à la réputation et à la vie privée. La somme réclamée est de 322 000 $.

Dans la foulée du dévoilement du contenu de la plainte, on a appris que Péladeau accuse notamment Lacombe de s'être allié avec Julie Snyder pour réussir à lui nuire davantage. Il indique notamment dans le document que Snyder aurait été en possession de l'ordinateur personnel de sa défunte conjointe, ce qui lui aurait permis d'élaborer un stratagème visant à nuire au nouveau couple.

Il n'en fallait pas plus pour que Snyder réagisse dans les médias. C'est par le biais d'un courriel envoyé par les Productions J au Journal de Montréal qu'elle l'a fait. L'animatrice dénonce être victime de harcèlement psychologique de la part de PKP.

« La manière dont M. Péladeau a choisi de rendre sa poursuite publique, en l'associant gratuitement à Mme Snyder est ressentie comme un geste de harcèlement supplémentaire », peut-on lire dans le JDM.

On précise également que cela s'ajoute  « à tous les [gestes] qui, depuis leur séparation, visent à nuire à la carrière, la réputation et à l'image de Mme Snyder ».

Snyder nie catégoriquement avoir été en possession de l'ordinateur de Marie-Christine Couture et indique qu'elle se défendra contre ces « graves allégations ». Elle réprouve également le fait que « ses enfants, ainsi que ceux de Mme Couture et M. Lacombe soient pris en otage par les dérapages juridiques incontrôlables de M. Péladeau ».

Voilà une saga qui n'en finit plus de finir, après un difficile divorce et une histoire abracadabrante de filature.