Showbizz.net - Télévision, cinéma, stars & spectacles!

Publicité
Entrevue

Gabriella de The Voice : « J'ai travaillé toute ma vie, et en deux minutes, tout change »

SON PASSÉ

Gabriella mentionne d'abord que c'est lors d'un concert d'Angèle Dubeau à St-Bruno qu'elle a eu un déclic pour la musique. « Le lendemain matin, j'avais un violon dans les mains. Au début, je me cachais dans le garde-robe pour ne pas faire mon 30 minutes de pratique. Mais, après deux ans, j'ai commencé à vraiment triper sur le son de l'instrument, et à être plus discipliné par moi-même. »

L'auteure-compositrice-interprète de 22 ans a lancé son premier album solo l'an dernier sur lequel on retrouve neuf (magnifiques!) chansons originales en langue anglaise. « J'adore le français, mais je pense que je n'avais pas été en contact vraiment avec la culture francophone. J'avais des influences de Eagles, Aerosmith, Avril Lavigne, Taylor Swift, donc mon premier contact, ç'a été avec l'anglais. J'aime le flou de l'anglais. J'aime ça puisque quand je suis en concert, des fois c'est tellement flou que les gens font leur propre interprétation. »

THE VOICE

La jeune femme a été approchée par un producteur afin de participer à la téléréalité The Voice : La plus belle voix en France. Elle nous explique cet épisode mouvementé de sa vie : « En avril, j'ai fait un concert à Paris. Ce n'était pas pour mes choses à moi, c'était pour Sophie Tapis, une fille qui avait fait The Voice II et qui a été signée par mon label québécois ici. Mon label m'a appelée et ils m'ont dit que Sophie voulait faire du country et m'ont demandé si j'avais des choses à lui proposer que j'avais déjà composé. Là, je l'ai rencontré, j'ai fini par avoir deux chansons que j'avais coécrite sur son album en plus de jouer du violon sur celui-ci. Donc là, on est devenue amie, elle m'a invité à son lancement, puis dans la salle il y avait un producteur. Il a vu que je jouais du violon et que je chantais. Il m'a contacté un mois plus tard, et m'a demandé si The Voice m'intéresserait. Je ne savais pas si ça m'intéressait, parce que tous les artistes que j'admire ont percé avec le pouvoir de leurs chansons. Je voulais me faire connaître par mon écriture de chansons, pas par une téléréalité. J'ai fait mon album avant. C'est sûr que c'est passé un peu sous le silence parce que justement ça me prenait un événement. Et, en septembre, après la sortie de l'album, j'ai décidé de tenter ma chance avec The Voice. »

« L'audition à l'aveugle a été faite en novembre. Je pense que ça a autant fonctionné parce que j'y allais vraiment sans attente. Dans ma tête j'allais jouer devant plein de gens que je ne connais pas et tant pis si je me plante, personne me connaît. Mais là, avec la magie du web, c'est devenu viral. Je me suis retrouvée à avoir des messages du Brésil, des Philippines, d'Asie, d'Europe, de partout. »

« Je me rappelle que j'ai regardé sur le web 3-4 jours après et j'ai réalisé que la vidéo était rendue à 4 millions de vues. Je suis tombée par tête. Ça s'est rendu à 10 millions avant d'être supprimé par les droits d'auteurs de TF1. On dirait que j'ai même pas eu le temps d'être contente, tout le long j'étais là : « ça se peut pas, ça se peut pas! ». Je dormais pu, je mangeais pu, j'avais mal à la tête. Il faut pas trop que tu y penses parce que ça te fait badtripper; tu te dis : « en ce moment, il y a au moins 10 000 personnes qui sont en train de regarder la vidéo ». Pi là, toi, tu es encore à St-Basile dans la chambre que tu avais quand tu avais trois ans, et tu te demandes ce qui se passe. Je pense que c'est pour ça qu'au Québec on en a parlé autant, la vidéo a été la plus virale de toute l'histoire de The Voice en France. Je ne sais pas ce qui s'est passé. Ç'a été tout un contexte… C'est fou. Tu te dis : j'ai travaillé toute ma vie, et en deux minutes tout change. »

Gabriella est très rationnelle face à l'avenir et à la bulle dans laquelle elle flotte présentement. « Mon défi ce n'était pas d'avoir une vidéo virale. Mon but c'était plutôt de profiter de ça et de maintenir l'intérêt. Je veux pas que dans deux ans je me dise : « Bon, qu'est-ce que je fais maintenant, je vais m'inscrire à l'université en diététique? ». Le défi c'est de lancer un album qui est meilleur que l'autre, qui te représente encore plus, qui te permet de te définir en tant qu'artiste, de rester dans le coeur des gens, de faire encore des concerts. Je veux vivre dans des chambres d'hôtel une bonne partie de ma vie. Je veux faire des concerts dans 5 ans, dans 10 ans. Maintenant, il faut prendre les moyens. »

MIKA

Le coach Mika a été le dernier à démontrer son intérêt pour la chanteuse québécoise lors des auditions à l'aveugle. La jeune femme avait l'air particulièrement heureuse de voir la chaise de l'auteur-compositeur britannico-libanais se retourner pour elle. « J'avais 15 ans et j'écoutais Mika en boucle. Je suis arrivée dans la salle de répétition, après les auditions à l'aveugle, aux battles, et j'étais vraiment impressionnée. Je suis un peu gênée de dire ça, mais je suis vraiment groupie. C'est certain que tu veux travailler avec les 4 coachs, mais bon, il faut faire un choix. Et tout le monde me demande pourquoi je n'ai pas choisi Garou. Ben, tant qu'à aller en France aussi bien me dépayser comme il faut! »

SON AVENIR

Gabriella sera à l'Anglicane le 15 avril prochain. « On va être une formation de 5 musiciens; j'adore les cordes. Donc, là, on va être deux violons, un cello, je joue aussi du violon. C'est l'fun parce que j'ai produit un CD acoustique sur mon album, donc ça me permet de ne pas me dénaturer en concert quand on est en petite formation ou en grosse. »

Dans « 9 dodos », elle s'envolera à nouveau pour la France, où elle se produira sur une péniche à Paris. « J'ai décidé de prendre un guess. Ce n'est pas pour avoir de l'argent. C'est juste un essaie, parce que je ne suis pas retourné en France depuis les auditions à l'aveugle, alors je veux juste voir comment ça va se passer. »

Précisons que Gabriella a remporté l'étape des duels samedi dernier, elle passe donc à la prochaine étape, celle des « épreuves ultimes », celle que l'on appelle chez nous « Les chants de bataille ». Mais, contrairement à la version québécoise, en France, personne n'accède directement à l'étape suivante, tous les participants doivent se produire sur scène pour obtenir une place aux directs.

Pour toutes ces dates de spectacle et des nouvelles de l'inspirante auteure-compositrice québécoise rendez-vous sur gabriella.mu.