Critique

Philippe Laprise : « Un gros rond parmi les cubes »

Philippe Laprise entre sur scène déguisé en pompier sur la chanson I'm Too Sexy de Right Said Fred; une entrée en matière amusante et colorée qui donne le ton à ce nouveau spectacle de l'interprète de Phil dans VRAK la vie.

L'une des plus grandes forces de l'humoriste québécois s'avère probablement son caractère rassembleur et sa personnalité hautement sympathique. Il n'en faut pas beaucoup pour que le public tombe sous le charme de Laprise. Il fait partie de ces êtres qu'on adopte d'instinct. Son type d'humour est évidemment en corrélation avec ce tempérament bon enfant qui le définit et lui permet de se distinguer dans le paysage humoristique québécois.

L'une des plus grandes forces de l'humoriste québécois s'avère probablement son caractère rassembleur et sa personnalité hautement sympathique.

Laprise exploite des thématiques qui l'interpellent personnellement. Les enfants, la perte de poids, les relations de couple et son diagnostic de TDAH qu'il a eu à 33 ans. Les humoristes ont pris cette habitude depuis quelques années de s'attaquer à des sujets plus lourds dans leurs spectacles. Laprise emprunte aussi cette voie - qui permet d'exorciser des démons et de briser des tabous - en parlant de son trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité. Ce numéro est d'ailleurs probablement le plus efficace du spectacle. Encore une fois, sa candeur nous permet aisément d'accepter ses préceptes et nous amène même à entamer une réflexion sur ces problèmes de concentration qui frappent beaucoup d'enfants qui se sentent, comme Laprise, comme « des ronds parmi les cubes ».

Philippe Laprise parle aussi dans son deuxième spectacle de sa vasectomie. Martin Matte et quelques autres avant lui ont parlé de cette stérilisation masculine et des conséquences du vedettariat dans ces situations délicates et personnelles, mais Philippe Laprise s'approprie la thématique grâce à son ingénuité et son sens du rythme sans pareil. Ses nombreuses années d'improvisation se font sentir à plusieurs reprises dans son nouveau spectacle solo et bonifient d'autant plus son jeu et ses interactions avec le public.

Il y a aussi quelques passages plus faibles, notamment lorsqu'il parle de son régime et des efforts substantiels qu'il a dû déployer pour arriver à perdre toutes ces livres. Peut-être est-ce parce qu'au Québec beaucoup beaucoup d'humoristiques ont exploité cette thématique (Jean-Marc Parent et Mario Jean, pour ne nommer que ceux-là), et qu'elle est ainsi devenue quelconque (même si elle rejoint encore bien des gens). On peut également mentionner le fait déplorable que la plupart de ces « personnages » (dont Félix-Antoine, expert en plein air chez Sail, qui est particulièrement amusant, même si on a vu le même individu dans un récent épisode des Beaux malaises) ont la même voix, ou presque. On comprend que Laprise n'est pas un imitateur, mais une légère nuance dans son ton corrigerait probablement cette petite lacune.

Le nouveau spectacle Philippe Laprise en est un des plus divertissants. Il possède un univers confortable dans lequel il fait bon de s'y reposer pendant près de deux heures. Sans s'adresser à un public en particulier, l'humoriste interpellera certainement beaucoup les parents de jeunes enfants, qui vivent les mêmes problématiques que lui, avec ses anecdotes. Mais ses mimiques et sa répartie permettront à tous les autres d'intégrer son univers sans un besoin d'identification particulier.