Critique et galerie de photos

Patrice L'Écuyer le magnifique livre un excellent gala à ComediHa!

L'année dernière, pour sa première animation d'un gala ComediHa!, Patrice L'Écuyer avait fait une entrée spectaculaire sur Le lac des cygnes, en tutu. Il ne pouvait donc pas en donner moins pour sa deuxième participation cette année. Les spectateurs qui composaient une salle comble au Grand Théâtre de Québec ont donc pu apprécier Patrice le magnifique, l'animateur métamorphosé en magicien, accompagné de nombreuses assistantes-danseuses. Le costume de magicien à lui seul, avec son décolleté improbable, valait le détour. Si le numéro de magie lui-même n'était pas sorcier, le monologue qui suivait - qui portait sur les difficultés à vivre une vie normale pour un éternel animateur de quiz - était fort réussi. On sentait L'Écuyer plus en confiance que l'an dernier, le gala était lancé.

La première partie a été menée tambour battant, avec un mariage de nouveaux venus et de vétérans. Après l'amusant numéro de Neev sur le hockey et Say Yes to the Dress, l'expérimenté François Léveillée est venu causer de gestion du temps, de retraite, de mariage et de sexe chez les Baby Boomers : « Le mariage, c'est une institution qui sert à régler des problèmes que tu n'aurais pas si tu étais tout seul ». Première ovation de la soirée. Mario Tessier, ou plutôt Raymond 57 ans, est venu se trémousser et se décoller la moustache sur scène avec «Pétrice». Ensemble, les deux complices déguisés, accompagnés en chant par l'incroyable Sylvie Desgroseilliers, ont proposé une portion de danse disco très divertissante qui a fait lever la foule. Le prometteur François Boulianne a parlé de l'intimidation que vivent les gens des régions lorsqu'ils viennent en ville, puis Jean-François Mercier a fait son entrée sous un tonnerre d'applaudissements. Lui et Patrice L'Écuyer ont dialogué jusqu'à ce que sa fameuse colère explose et que l'hilarité s'empare définitivement de la salle. Guylaine Tremblay avait aussi son mot à dire dans l'histoire. Comment terminer le tout? Par un langoureux baiser entre les deux hommes, oui, oui! Bref, une excellente première partie remplie de surprise!

Si la seconde partie a connu quelques moments moins heureux - comme ce numéro trop noir de Sylvain Larocque sur la vie qui est une maladie transmise sexuellement, ou celui du Français Jean-Luc Lemoine qui n'était pas mauvais, mais simplement mal positionné dans le gala - elle a aussi permis de révéler une étoile. On a d'abord lancé le tout avec un dialogue entre L'Écuyer et Phil Roy, dans lequel ce dernier se voulait la version plus jeune de l'autre pour le tournage de scènes rétrospectives dans Unité 9. Phil a reçu l'accueil qu'il méritait puis a répondu aux attentes dans un segment qui aurait malgré tout pu être resserré. Puis, un moment épatant est survenu : celui de l'entrée en scène de Didier Lambert, que Patrice L'Écuyer a présenté comme son coup de coeur de la soirée. Ce fut également le nôtre. Le jeune humoriste a livré une performance exemplaire, déjantée à souhait, qui (je l'avoue) m'a fait pleurer de rire. Impossible de ne pas se lever pour cet artiste de la relève qu'on espère voir davantage. Donnez-lui une scène et prenez mon argent, vite! Le magicien Vincent C, avec son style « bum » bien à lui, a épaté la galerie avec un tour qui nécessitait l'aide de plusieurs spectateurs. Lui aussi a eu droit à son ovation. Jean-François Mercier est revenu avec un segment décapant et vulgaire, comme lui seul peut le faire. Une deuxième finale moins percutante a dû être enregistrée pour répondre aux exigences de la télédiffusion. Les avocats ont-ils encore eu le dernier mot? La conclusion s'est faite avec José Gaudet et L'Écuyer, alors que ceux-ci ont fait des prouesses en multipliant les personnages et les changements de costumes. Le sketch, sans être hilarant, se complexifiait de minute en minute, devant les yeux ébahis de l'auditoire.

Combinaison parfaite d'humour, de chant, de danse, de magie et de complicité, ce gala avait juste la bonne dose de tout cela pour être à la hauteur. Avec un animateur généreux en plus, difficile d'être déçu.