Publicité
Entrevue

Jason Roy-Léveillée et Annie Villeneuve parlent de la version « Québec » de Grease

Comme nous avions eu la chance de voir la première version au mois de juin dernier à Montréal, nous étions intrigués de savoir quelles étaient les changements qui ont été apportés à la comédie musicale Grease, qui s'apprête à donner le coup d'envoi à sa résidence à Québec le 28 juin.

Nous nous sommes donc entretenus avec les deux acteurs principaux, Jason Roy-Léveillée et Annie Villeneuve, qui ont éclairé notre lanterne sur la question.

MOINS CARICATURAL ET PLUS COURT

Les deux comédiens, chanteurs et danseurs affirment que la plupart des modifications viennent de l'émotion transmise par la pièce. « C'est encore très drôle, mais c'est moins caricatural », explique Jason Roy-Léveillée. « Personnellement, j'étais vraiment parti dans le clown dans l'autre version, mais ils m'ont ramené un peu pour que ce soit davantage dans la vérité. C'est donc désormais plus varié dans les émotions, pour ma part. »

Sa partenaire féminine aborde dans le même sens : « Moi aussi, je me sens plus vraie cette fois-ci. J'arrive mieux à mettre les bonnes intentions aux bons moments. (...) L'emphase est davantage mise sur la relation entre Dany et Sandy. On ressent l'émotion davantage, mais le party pogne pareil! »

« On a coupé trente minutes au total. Ça peut paraître beaucoup, mais il faut dire que le spectacle était très long. Avec l'entracte, on en était presque à trois heures de show », souligne Annie Villeneuve. « On a resserré beaucoup de choses, mais aucune scène n'a été coupée complètement », ajoute Roy-Léveillée. « L'expérience reste assez semblable, mais c'est la proposition et l'intensité qui ont été légèrement modifiées. »

«
Il n'y a pas d'égo dans Grease. Toute la gang s'entraide.
» - Jason Roy-Léveillée

DÉFIS

Chacun s'est ensuite exprimé sur les défis que représentait pour eux un projet comme celui de Grease.

« Moi, c'était dans mes premières expériences de chanter, danser, jouer, tout ça en même temps », précise l'interprète de l'IPL Kevin Anctil dans Unité 9. « C'était plus la crainte de l'inconnu au début. On dirait que tu veux arriver à faire tout ça en même temps, tout de suite, au départ, mais non, il faut que tu apprennes à y aller par étapes. »

« On a eu 200 heures de répétition, donc on a eu le temps d'apprendre à connaître notre personnage, d'essayer des choses, de rires, de s'ajuster. C'est un beau travail. Moi j'observe beaucoup. Alors, j'ai regardé Annie chanter, j'ai regardé l'autre qui est bon physiquement. J'essaie d'apprendre un peu de tout le monde. »

« Il n'y a pas d'égo dans Grease, c'est ça qui est l'fun. Toute la gang s'entraide. On se donne des trucs entre nous autres. »

De son côté, la chanteuse Annie Villeneuve a souligné sa difficulté à rester concentrée. « Souvent je sortais de mon personnage, je les regardais et je les trouvais bons, j'étais impressionnée, et je décrochais facilement. Cette année je me trouvais vraiment meilleure. » Précisons que l'équipe a fait quelques représentations en début d'année afin d'apprivoiser la nouvelle équipe.

« TU ES CELUI QUE JE VEUX, Oo, Oo, Oo, MIEL »

Les interprètes de Danny et Sandy nous ont également expliqué l'idée derrière les chansons bilingues.

« Au début, elles étaient toutes en français », raconte Roy-Léveillée. « Moi, je me suis battue parce que je trouvais que Grease c'était une exception. Parce qu'on connaît les chansons « Summer Night », « You're The One That I Want », « We Will Go Together ». Mais je comprenais qu'il fallait qu'il y en aille quelques-unes qui soient traduites en français pour servir l'histoire. »

« Et, on va s'entendre », ajoute l'acteur à la blague, « « Tu es celui que je veux ou ou ou miel », c'est moyen! »

« Dans le film, elles étaient en anglais les chansons », précise Villeneuve. « Je me permets de faire « Hopelessly Devoted to You » en anglais parce que je sais que le monde va comprendre pareil et qu'ils vont suivre l'histoire. Mais il y a des chansons pour lesquelles c'est vraiment important que les gens comprennent ce qu'on est en train de raconter. »

Vous pouvez vous procurer vos billets pour l'une ou l'autre des 24 représentations à la Salle Albert-Rousseau ici.