Showbizz.net - Télévision, cinéma, stars & spectacles!

Publicité
Coup de coeur de la semaine

Le ciel est au plancher de Louis-Jean Cormier : Quand le deuil inspire

Dès ce vendredi, vous pouvez (et devez) prendre contact avec la nouvelle oeuvre de Louis-Jean Cormier, intitulée Le ciel est au plancher, à peine un an après la sortie de son précédent opus, Quand la nuit tombe. Pas de doute que ce nouvel objet rare trouvera son public, en abordant avec introspection des sujets universels comme le deuil, l'amour, la filiation et l'héritage.

Comme je suis une adepte finie, pour ne pas dire infinie, de l'oeuvre de cet artiste, il va s'en dire que je m'étais abonnée à sa toute nouvelle plateforme Le 360, où j'ai pu découvrir en primeur cette auguste proposition. Je me suis plongée avec délectation dans cet aller-retour Montréal-Sept-Îles, qui ose des sonorités jazz et des textes profonds qui bercent et font réfléchir. Louis-Jean Cormier n'a pu dire adieu à son père avant sa mort et il met un baume sur cet épisode difficile avec des mots qui rejoindront tout un chacun.

L'album se présente comme un doux crescendo, qu'on se doit d'écouter d'un bout à l'autre. On est d'abord emporté dans cet univers mélancolique pour finalement y être apaisé. Dans le premier extrait, « L'ironie du sort », que vous avez pu entendre en performance dans quelques émissions télévisées, le fils s'adresse à son père, le coeur grand ouvert, pour lui parler du patrimoine qu'il lui a laissé.

Je sais j'ai toujours trouvé qu'on ne se ressemblait pas

J'ai toujours voulu faire tout le contraire de ce que tu faisais autrefois

Maintenant que j'ai compris que je marchais dans tes pas

Tu n'es plus là

Plus jamais là

Dans le deuxième extrait plus rythmé, « Le ciel est au plancher », des souvenirs impérissables sont ravivés au gré d'une promenade nocturne. Découvrez le superbe vidéoclip ci-dessous.

J'ai particulièrement craqué pour la sublime « Marianne », dont la poésie côtoie habilement quelques mots d'anglais, sur un air doux de piano.

Marianne, qu'est-ce que tu voulais me dire

Dans tes larmes, des orages à venir

Les montagnes pleurent Cohen en écho

Marianne, moi je peux traduire ta peau.

Même chose pour la sublime « L'au-delà», qui clôt l'album dans une accolade à la vie, comme une prière.

S'il y a l'au-delà

J'espère que c'est aussi beau qu'ici

Malgré nos tracas

Nos horaires aveugles et meurtris

Je me dis

Que je le revivrais mille fois

Ce nouvel album, dans lequel l'artiste poursuit sa mission d'éclairer en beauté, vaut certainement l'écoute. C'est notre coup de coeur incontestable de la semaine.