Showbizz.net - Télévision, cinéma, stars & spectacles!

Publicité

Un sans faute pour Anne-Élisabeth Bossé et Guillaume Pineault à ComediHa!

Anne-Élisabeth Bossé et Guillaume Pineault animaient ce vendredi soir le dernier gala ComediHa! de l'édition 2022.

Le duo a relevé le défi de l'animation en couple haut la main. Ils ont d'abord mentionné que c'était leur psychologue qui leur avait conseillé de partager la scène ensemble. Ils se sont taquinés sur quelques sujets, avant qu'Anne-Élisabeth Bossé reproche à son conjoint la piètre qualité des photos qu'il prenait d'elle. La comédienne avait même amené des preuves de ce qu'elle avançait. Ses souvenirs de vacances étaient particulièrement délicieux. La chimie entre les deux artistes était palpable et leur timing comique, irréprochable.

Guillaume Wagner a été le premier invité la soirée. Il a abordé sa nouvelle réalité de père et de banlieusard. Avec ses gags corsés et ses comparaisons imagées (« avoir des enfants en bas âge, c'est comme être le bodyguard d'une vedette hollywoodienne problématique et alcoolique »), Guillaume Wagner épate à chacune de ses apparitions sur scène et ce vendredi soir ne faisait donc pas exception à la règle. La drag queen Barbara lui succédait sur la scène du Capitole avec son grand livre d'histoires. Cette Fanfreluche sur l'acide a proposé un conte pour adultes complètement décalé, et particulièrement efficace.

Martin Perizzolo, de son côté, a raconté ses mésaventures avec l'apnée du sommeil. La grande maitrise de son texte pardonnait son manque d'originalité. Jean-Thomas Jobin, toujours absurde et désopilant, suivait avec un numéro sur un tour qu'il a joué à un de ses bons amis et qui a duré pas moins de six mois. Il s'était alors fait passer pour un artiste visuel aux talents douteux et proposait ses oeuvres à son camarade, qui n'osait pas le rabrouer.

Pour conclure la première moitié de leur gala, Anne-Élisabeth Bossé et Guillaume Pineault ont proposé un sketch sur « La société secrète des couples connus », la SSCC. Charles Lafortune et Sophie Prégent, en vidéo, sermonnaient Guillaume Pineault qui avait osé porter le chandail de la société en public, révélant ainsi son existence. Les gardiens de l'ordre du groupe, François Papineau et Bénédicte Décary, sont ensuite arrivés sur scène sous les acclamations de la foule. Pascal Morrissette et Julie Ringuette, le couple « gossant » de la formation secrète, ont aussi participé au numéro, tout comme Florence Longpré et Pascal Cameron, prêts à tout pour rejoindre la SSCC, même coucher avec Marie-Claude Barrette et Mario Dumont. C'était une idée brillante, magnifiquement exécutée.

Lors de leur retour sur scène en deuxième partie, les Bossé-Pineault ont parlé de leurs rêves d'enfance, écorchant au passage certaines émissions de leur jeunesse, dont « Pin-Pon », que l'humoriste de St-Hyacinthe identifie comme les premiers personnages homosexuels. « Ils s'appellent Pin-Pin et Pon-Pon... Ils n'étaient pas non plus pour les appeler Top pis Bottom », dit-il pour convaincre sa conjointe de sa présomption. Ils ont aussi comparé d'admirable façon le monde de l'humour au village des Schtroumpfs : plein de gars, une fille et un sorcier qui terrorise tout le monde.

Jean-Michel Martel, toujours complètement absurde, s'est présenté sur scène avec une échelle, une nappe de pique-nique, une valise de serpents et des dés en minou afin de reproduire la création du jeu Serpents et échelles. C'était décalé à souhait, mais drôlement rafraîchissant. Suivait, François Boulianne qui a proposé un numéro sur le malaise des gens envers la tristesse. Son stand-up maîtrisé a su toucher sa cible.

Ensuite, Anne-Élisabeth Bossé a invité ses copines Suzie Bouchard, Florence Longpré et Katherine Levac pour un numéro « de filles ». Le deuxième niveau de leur proposition était hautement délicieux. Leurs textes acérés et intelligents ont fait de cette proposition une grande réussite, l'un des meilleurs moments du gala.

« Je voulais m'acheter une revue de mode, mais je me suis dit : "t'es ben superficielle"

Je voulais ensuite m'acheter une revue de cuisine, mais je me suis dit : "t'es ben soumise"

Faque j'ai juste pissé à terre. »

Matthieu Pepper, l'un des humoristes chouchous des Québécois ces dernières années, a assuré grâce à une dégaine irréprochable et un caractère sympathique dans un numéro sur son chien. Il a eu droit à l’une des seules ovations debout, d'ailleurs. En finale, les animateurs apprenaient qu'ils avaient encore du budget donc décidaient de réaliser des rêves. La présence de Stéphane Fallu en faire-valoir un peu trop sympathique a brillé dans ce charmant numéro.