Publicité

P-A Méthot propose un gala rassembleur pour les 20 ans du ComediHa! Fest

Le ComediHa! Fest Québec célèbre ses 20 ans cette année. Pour l'occasion, l'humoriste chouchou des habitants de la ville de Québec, P-A Méthot, a effectué un retour en force. À son image, l'humoriste a proposé un gala rassembleur et convivial. Ses invités (tous des amis, si on se fie à ses présentations toujours élogieuses) ont proposé des numéros colorés et même souvent culottés.

P-A Méthot a décidé d'entamer la soirée avec un pastiche de la bande-annonce du film Rocketman sur la vie d'Elton John. L'humoriste affirmait que les deux artistes avaient plusieurs choses en commun. L'animateur est donc débarqué sur scène affublé d'un costume flamboyant semblable à ceux qu'arborait l'interprète de « Tiny Dancer » en spectacle. Toujours vêtu du même accoutrement, il a ensuite parlé de ses premiers emplois, dont celui de mascotte et de disquaire.

Les quelques interventions de P-A Méthot au cours de la soirée ont été plutôt efficaces, même si on doit dire que nous avons eu quelques réserves concernant le numéro de Passe-Partout. La finale aussi, avec Dominic Paquet et Peter MacLeod, n'était pas parfaite, mais quelques bons gags ont sauvé la mise. La bouille sympathique de Méthot, son charisme et son humour candide nous laisse un bon souvenir de l'ensemble de sa prestation.

Parmi les coups de coeur de la soirée, on doit souligner la tranchante efficacité comique de Sam Breton, l'intelligence des textes de Mathieu Cyr ainsi que la justesse dans le choix du sujet (les questions inutiles) développé par Jean-Claude Gélinas, notre Réjean de Terrebonne national. Dominik Léonard a aussi surpris la foule avec un humour incisif, tout comme le magicien Nicolas Gignac, qui a proposé un tour surprenant qui mettait en scène le maître de cérémonie. Gignac et Méthot partageaient d'ailleurs une belle complicité qui se faisait ressentir jusqu'au balcon.

Le Français Olivier de Benoist, présenté comme « le roi du malaise », a été à la hauteur de sa réputation en déstabilisant le public avec un personnage de misogyne désaxé. Du côté québécois, Rosalie Vaillancourt a aussi pris de court les spectateurs avec son style décalé et vulgaire. Mentionnons que ce segment lors duquel elle présente sa vision de certaines oeuvres d'art est formidable.

Voilà qui lance de belle façon les festivités de cette édition anniversaire! On a hâte de voir ce que les autres animateurs ont à nous proposer!