Critique et galerie de photos

Noir de Mike Ward : Décapant et assumé

On le sait, Mike Ward fait dans l'humour noir. Son côté très corrosif, qu'il ne reniera jamais (heureusement), lui a amené autant de fidèles que de détracteurs au fil de ses 25 ans de carrière. Comment ne pas évoquer sa saga judiciaire, dans laquelle il se trouve toujours d'ailleurs, qui a polarisé l'opinion publique et l'a plongé dans une dépression pendant plus d'un an.

Aujourd'hui, Mike Ward est plus confiant et heureux que jamais et il en a fait la preuve lors de sa première médiatique à Québec ce jeudi, à la Salle Albert-Rousseau, devant une foule conquise d'avance. Loin de renier son style unique, Mike Ward plonge tête première dans l'insolence et les vulgarités avec ce cinquième spectacle intitulé Noir.

Déjà avec ce titre, on savait à quoi s'attendre. Puis, les deux premières parties déjantées, assurées efficacement par Julien Bernatchez (M. Château de saucisses d'Un souper presque parfait) et Christine Morency, donnaient franchement le ton. Ward n'avait qu'à livrer la marchandise habituelle pour assurer une bonne soirée aux adeptes d'humour grinçant.

Mais il a fait plus que cela, en allant puiser dans ses expériences personnelles pour offrir un spectacle intime dans lequel il se commet et aborde des sujets souvent tabous. L'introduction coup-de-poing, dont nous devons malheureusement taire le contenu, vaut à elle seule le détour. Puis, il nous entretient avec une aisance désarmante de thématiques audacieuses, avec une perspective unique, celle d'un homme qui a déjà été au banc des accusés et qui n'a plus rien à perdre. Il le dit lui-même. Impossible de ne pas rire.

«
Qui aurait cru il y a un an que c'était moi la meilleure personne du showbiz québécois.
» - Mike Ward

Le mouvement #MeToo, la pédophilie, le véganisme, le consentement sexuel, le terrorisme et la transphobie sont autant de thèmes qui sont abordés dans ce monologue sans filtre, réglé au quart de tour. Mais là où Ward marque le plus de points, c'est lorsqu'il aborde sa dépression qui l'a amené à contempler momentanément le suicide. Avec ce numéro, il fait définitivement la preuve qu'on peut rire de tout quand l'intention et l'angle sont bons.

Ce qu'on aime le plus de Mike Ward, c'est son authenticité. Avec lui, il n'y a pas de faux-semblant. Il connaît ses failles autant que ses qualités et sait les mettre en valeur pour donner le meilleur de lui-même sur une scène. C'est pour cela que son public l'apprécie autant. Ward ne s'est pas assagi, loin de là. Avec Noir, il offre un spectacle abrasif, étourdissant, assumé et hilarant qui vaut largement le détour.