Showbizz.net - Télévision, cinéma, stars & spectacles!

Publicité

Les Denis Drolet au ComediHa Fest : Un délire bienvenu!

Pour accompagner cette chaleur caniculaire qui planait sur Québec, quoi de mieux que la folie assumée des Denis Drolet, qui offraient ce vendredi un Gala ComediHa au Capitole de Québec. Pour l'occasion, le duo a choisi de lancer sa soirée en chanson, avec un nouveau titre intitulé « On était tu bin? ». Il n'aura fallu que quelques minutes avant que tout ce bonheur musical, accompagné par la danse du scintillant Just to Buy My Love, se décline en un dialogue complètement absurde dont seuls les Denis ont la recette. Il fallait voir les sourires dans la salle pour comprendre que la cible était touchée. Pendant cette introduction enjouée, ceux-ci ont notamment abordé les ajustements vécus durant la Covid, dont certains sont voués à disparaître, comme ce fameux bal des finissants télévisé animé par les idoles des jeunes, Maripier Morin et Julien Lacroix.

En première partie du spectacle, Stéphane Fallu nous a entretenu avec enthousiasme sur les changements qu'il doit vivre chez lui, en devenant notamment père à la maison et en devant manger santé selon les nouvelles recommandations de son amoureuse. Suivait la pétillante Silvi Tourigny, qui avait délaissé sa Carole pour nous parler de l'école à la maison que bien des parents ont dû vivre en 2020. Cela était un beau prétexte pour dévier vers ces adultes qui publient des messages absolument ridicules sur les réseaux sociaux, notamment sur ces fameuses pages « Spotted ». Un moment tout à fait délicieux qui a soulevé les rires. Artiste de la relève, Marko Métivier a épaté avec un numéro très bien ficelé sur son amour des films de princesses. Le très talentueux Jean-Michel Martel a utilisé tout son humour absurde et un appui visuel pour délecter la salle sur les rudiments du métier de détective. Finalement, Roxane Bruneau s'est jointe à Denis Barbu pour un numéro délirant, qui s'est terminé par la chanson « À ma manière » devenue pour l'occasion l'hilarante « À not manière » grâce à Denis palettes. Certainement un moment fort de la soirée! On aimerait d'ailleurs réentendre cette version déjantée du succès de Roxane Bruneau.

Après des applaudissements prolongés, les Denis Drolet étaient de retour, en grande forme, pour nous entretenir sur les « vraies affaires » en seconde partie. Pour eux, ces vraies affaires, ce sont notamment le véganisme, les retraites de silence et les mannequins, rien de moins. Délirant à souhait, le duo a semé l'hilarité dans la salle en jouant allègrement au coq à l'âne. Les spectateurs ont été servis par la suite avec deux de leurs idoles, les comédiens Michel Charette et Gildor Roy de District 31. Les complices, qui animeront ce samedi leur propre gala, se sont chamaillés sur scène pour le bonheur de tous, nous offrant un combat des générations. Celui-ci est arrivé alors que le hip-hop de Michel Charette, avec « le rap des aliments » de Radio Enfer, a affronté le country de Gildor Roy avec « Une autre chambre d'hôtel », pour finalement devenir une version « hip country rap hop ». Une belle performance pour ces deux chouchous du public! La recrue Thomas Levac a poursuivi en abordant notamment l'un de ses premiers emplois : « Il n'y a personne qui porte un filet à cheveux qui a du pouvoir. » Décapant, Guillaume Wagner a abordé la pandémie et ses aléas, exposant notamment avec fougue comment le confort est l'ennemi du changement.

Pour clore la soirée, une myriade de vedettes étaient réunies, dont Julien Bernatchez, Jean-Thomas Jobin, Elliot Léonard, Rémi-Pierre Paquin, Anne-Élisabeth Bossé et François Léveillée, pour un numéro piano-bar intitulé « Les légendes de l'humour ». Après quelques blagues à saveur d'époque, les Denis Drolet ont accueilli Claude Crest, un personnage d'humoriste de 90 ans qu'incarne Maxime Gervais. Ses blagues inappropriées ont semblé plaire à l'audience. Rémi-Pierre Paquin et Anne-Élisabeth Bossé sont ensuite devenus le duo Ti-Gus et Ti-Mousse, nous faisant voir comment l'humour a évolué. Julien Bernatchez a incarné un Capitaine Bonhomme revisité et exalté. Point culminant de ce numéro : Jean-Thomas Jobin devenu pour l'occasion la Poune. Les autres humoristes avaient d'ailleurs du mal à contenir leurs rires. Que dire d'autre que WOW! Elliot Léonard, le vrai fils de Denis Palettes, a rendu hommage à Claude Blanchard, tandis que François Léveillée s'est présenté en lui-même pour interpréter l'indémodable « Si on chantait ensemble » de Jean Lapointe, alors qu'une vidéo montrait des images d'archives de tous ces humoristes qui ont tracé le chemin. Une belle idée sur l'évolution de l'humour qui a fait mouche pour clore un gala somme toute très réussi!