Showbizz.net - Télévision, cinéma, stars & spectacles!

Publicité
Critique et galerie de photos

Je m'en occupe de Philippe Laprise ou l'art d'être irrésistible

Philippe Laprise sur scène, c'est un peu comme chacun de nous. C'est le gars qui ne peut résister devant un gros cornet de crème glacée des Chocolats favoris. C'est le quarantenaire qui veut garder la forme, mais qui n'assume pas ses cuissards suintants. C'est le conjoint qui hésite à parler de sa pilosité accrue avec sa blonde. C'est le père de famille qui est prêt à se casser le « cul » sur un snowboard pour avoir le dernier mot devant son adolescente rebelle et incomprise. C'est définitivement celui qu'on voudrait tous avoir comme meilleur ami.

Avec son nouveau spectacle intitulé Je m'en occupe, l'humoriste poursuit sur la même lancée qu'avec son opus précédent et entreprend de nous raconter son quotidien avec désinvolture, charme et humour. Il ne réinvente pas le genre, mais ce qu'il offre est de grande qualité et plaira à un large public, et ce, malgré une introduction qui manquait de contexte.

Ce mercredi, il s'est d'abord adressé aux femmes, les remerciant de l'avoir élu quinzième humoriste le plus sexy du Québec, ex aequo avec Rachid Badouri et Stéphane Rousseau. Il n'en fallait pas plus pour coller un sourire au visage de toute la gent féminine présente dans la salle. Puis, il a raconté les aléas de sa vie jamais banale. À vélo, en motoneige ou devant une tondeuse à nez, l'autodérision n'est jamais bien loin, tout comme les rires francs.

Éminemment sympathique, Philippe Laprise a ce petit je-ne-sais-quoi qui fait qu'on l'aime tout de suite. Difficile de résister à ce grand gaillard qui s'amuse grave sur scène et qui joue avec la foule avec une aisance désarmante.

Plusieurs fois ce soir, il a indiqué son bonheur de se retrouver à Québec, dans une salle qu'il aime et devant un public très réceptif. Ça ne sentait pas le réchauffé ni les compliments forcés. Philippe Laprise est authentique et hilarant et sa place est sur une scène. Ce nouveau spectacle, qui s'occupe bien de nous dérider, vaut largement le détour.