Les pays d’en haut, saison 3 : La vengeance de Séraphin

,

La série Les pays d’en haut sera de retour sur ICI Radio-Canada Télé le lundi à 21 h à compter du 8 janvier.

La troisième saison de l’excellente série Les pays d’en haut s’annonce plus sombre, plus violente et prend parfois des airs de western, avec ses duels au pistolet et ses confrontations épiques. On se croirait presque au Far West. On y retrouve tous les personnages hauts en couleur qu’on a appris à aimer ou détester dans les précédentes saisons, dont Séraphin qui est en véritable croisade pour faire payer tous ceux qui l’ont mis à mal. La saison télévisuelle hivernale s’annonce mouvementée…

L’action reprend six mois après les événements présentés dans la finale percutante. Rien ne va plus à Ste-Adèle… Séraphin est plus que jamais vengeur et hanté par la révélation-choc du toujours plus abject Bidou, tandis que sa femme Donalda tente de se remettre d’une dure épreuve. Le curé Labelle ne contrôle plus son village et la colonisation n’a rien de simple avec l’ingérence de Mgr Fabre. Quant à Alexis, son travail de maire est de plus en plus complexe et pavé d’obstacles. Des informations sensibles pourraient venir compliquer davantage son existence.

« Je lui ai planté un poignard empoisonné dans le coeur. Il ne reste plus qu’à l’enfoncer » – Séraphin

Après le visionnement de trois premiers épisodes de cette nouvelle saison – qui sont dès maintenant disponibles sur l’EXTRA d’ICI Tou.tv – on ne peut nier ceci : la série Les pays d’en haut s’améliore continuellement pour devenir de plus en plus addictive. Les acteurs campent mieux que jamais ces personnages complexes plongés dans la misère tandis que la trame narrative est prenante et féconde en rebondissements surprenants. De quoi nous tenir en haleine.

Difficile de pointer les comédiens qui se démarquent dans cette fresque historique, puisqu’ils sont tous brillants. Évidemment, Vincent Leclerc continue d’épater en Séraphin, pendant que son personnage s’enfonce dans la violence, l’avarice et la rancoeur. Sarah-Jeanne Labrosse vous donnera des frissons dès la première scène de cette nouvelle saison, tandis que Maxime Le Flaguais est magnétique dans la peau d’un Alexis torturé. Mentionnons aussi l’excellent jeu de Michel Charette qui infuse beaucoup de nuances à son Ovide Ruisselet, un être faible qui offre plusieurs bons moments dans les premiers épisodes.  Également, on ne peut passer sous silence le travail épatant de Rémi-Pierre Paquin qui disparaît complètement sous les traits tordus de son Bidou.

Rappelons que nous aurons la chance de voir Denise Filiatrault, l’originale grande jaune, dans la peau de la tante de Délima cette saison. On ne l’avait pas encore aperçue après les trois premiers épisodes.

Pour les adeptes de cette série, sachez qu’il vous sera impossible de détacher vos yeux du petit écran chaque lundi à 21 h dès le 8 janvier. Plus encore, chaque épisode vous laissera sur un suspense qui vous rendra l’attente pénible. On l’a dit et on peut le redire : Les pays d’en haut, c’est de la belle et bonne télévision. On nous le prouve encore cette année. Bravo à tous les artistes et artisans!

Stéphanie Nolin Littéraire de formation, passionnée du septième art, téléphile, mélomane curieuse, blogueuse culinaire en dilettante, férue de mots et de culture. Après une incursion prolongée dans le monde des communications universitaires, elle peut maintenant dire qu'elle concilie travail et passion en écrivant pour Cinoche.com et Showbizz.net... et elle ne s'en plaint pas du tout.