Showbizz.net - Télévision, cinéma, stars & spectacles!

Publicité
Critique et galerie de photos

Gros party de famille avec Paul Piché au Centre Vidéotron

Paul Piché a commencé à chanter à Québec, dans les bars de la rue St-Jean plus précisément. C'est là qu'il a vu naître la carrière qu'on lui connaît aujourd'hui, marquée par de nombreux temps forts et succès. Ceux-ci étaient évidemment au programme musical de ce samedi soir, alors que le chanteur s'était entouré d'amis pour l'aider : Vincent Vallières, Koriass, Safia Nolin et Les trois accords.

C'est avec énergie, bonhommie et une fierté évidente que Paul Piché a investi la scène du Centre Vidéotron, devant une belle foule complice prête à fêter avec lui. Dans une ambiance des plus conviviales - comme un gros party de famille - il a lancé la soirée avec « J'appelle », suivie de « À ma hauteur » et « Y'a pas grand chose dans l'ciel à soir ». Le ton était donné et les festivités bien entamées. Loin d'être tranquille, le public endiablé tapait des mains et scandait en choeur, de quoi faire plaisir au chanteur qui se remuait sur scène avec l'aisance d'un jeunot, mais le talent d'un virtuose. Impossible de ne pas être impressionné par la prestance et l'amplitude vocale de Monsieur Piché. De la voix, il en a encore!

Pour « La gigue à Mitchounano », Vincent Vallières est venu faire son tour sur scène pour témoigner de l'importance qu'a eue Paul Piché dans l'éclosion de sa propre carrière. Plus tard, sur « Cochez oui cochez non », c'est Koriass qui a offert un rap inédit franchement approprié. Un excellent mélange des genres. En deuxième partie, Safia Nolin a proposé une version intimiste de « Le renard, le loup », baignée dans un faisceau de lumière bleutée. De toute beauté. Après un hommage au cousin Jacques, présent dans la salle, et un moment père-fille touchant sur « La vie en rose » de Piaf, c'était au tour des Trois accords de venir mettre le feu aux poudres en rockant « Ses yeux » et « Sur ma peau ». Encore une fois, l'amalgame n'aurait pu être plus réussi et on en aurait pris plus.

Assurément, on ne pouvait passer à côté d'un discours nationaliste. C'est en parlant du Lac-Mégantic, où les barils de pétrole continuent à circuler, que le chanteur a invité les Québécois à être moins fins, à se tenir debout. S'adressant à la jeunesse, il a dit : « Si vous voulez changer le monde, donnez-vous un pays ». En fin de seconde partie, les immenses chansons « L'Escalier » et « Heureux d'un printemps » ont été offertes au public en liesse. Ému, Piché a conclu l'aventure avec une nouveauté, « Celui », suivie de  « Voilà c'que nous voulons » et « Mon Joe » au rappel. Tout était dit et chacun pouvait rentrer chez soi, le coeur léger, en fredonnant encore et encore ces chansons qui coulent dans nos veines.

Voici la liste des chansons interprétées ce soir :

  • J'appelle
  • À ma hauteur
  • Y'a pas grand chose dans l'ciel à soir
  • La gigue à Mitchounano
  • Un château de sable
  • Chu pas mal mal parti
  • Les pleins
  • Les ruisseaux
  • Arrêtez
  • Car je t'aime
  • Cochez oui cochez non
  • Essaye donc pas

2e partie

  • Le renard, le loup
  • Réjean Pesant
  • Mon cousin Jacques
  • La vie en rose (reprise d'Édith Piaf)
  • Ses yeux
  • Sur ma peau
  • J'étais ben étonné
  • Ne fais pas ça
  • L'enfant prodige
  • L'Escalier
  • Heureux d'un printemps
  • Celui
  • Voilà c'que nous voulons

Rappel

  • Mon Joe