La bombe d’énergie Zaz fait exploser le Centre Vidéotron

,

Impossible de ne pas succomber au charme de cette femme rayonnante.

Un spectacle de Zaz, c’est une dose d’énergie instantanée. La chanteuse française possède un charme naïf auquel il est impossible de résister.

Elle était de passage dans la ville de Québec dans la foulée de la sortie de son quatrième album. Pétillante, généreuse et candide, comme à son habitude, Zaz a su faire danser les habitants de la Capitale-Nationale avec ses titres pop accrocheurs et ses refrains bien connus. Au grand bonheur de ses quelque 5 000 fans, elle a entonné avec fougue la latine « Qué vendrá », la rockeuse « On s’en remet jamais » ainsi que l’incontournable « Je veux », que le public attendait avec impatience. D’ailleurs, la chorale enclenchée dans l’amphithéâtre à ce moment-là a enchanté l’artiste, qui s’est dite attendrie par la participation active du public.

Les spectateurs ont aussi pu se dégourdir les jambes sur « Pourquoi tu joues faux », « Je parle » et « Toute ma vie », toutes trois tirées de son plus récent album, Effet miroir. Bien que l’artiste ait accordé une grande place à ses nouvelles pièces, elle n’a tout de même pas boudé ses titres plus anciens. On a donc pu entendre également « Les passants », sa reprise de « Oublie Loulou » de Charles Aznavour, « Si jamais j’oublie » et « La fée » (ma préférée).

Un immense écran en demi-cercle, une passerelle qui permettait à l’artiste de s’avancer dans le public ainsi que de superbes éclairages composaient le joli décor. La jeune femme dégourdie de 38 ans virevoltait dans ce grand terrain de jeux en compagnie de cinq musiciens compétents, complices de ses folies. Comme à chacun de ses spectacles, Zaz a démontré sa grande philanthropie en invitant sur scène le représentant d’un organisme local pour parler de celui-ci devant ses quelques milliers de fans emphatiques. Elle utilise sa notoriété à bon escient et on ne pourrait être plus ému par cette dévotion humanitaire dont fait preuve ce petit bout de femme inspirante.

Seule déception dans ce nouveau spectacle, l’auteure-compositrice-interprète a choisi de présenter son plus grand succès, « On ira », au rappel, dans une version beaucoup moins rythmée que l’originale. D’ailleurs, c’est avec l’étrange pièce « Laponie », qui relève davantage du poème que de la chanson, que Zaz revient sur scène après les salutations d’usage. Les paroles de cette pièce sont exceptionnelles, mais il s’agit d’un choix un peu inusité considérant qu’au rappel, on offre généralement au public des airs festifs, question de le laisser sur une note positive. Saluons quand même l’audace d’oser aller à contre-courant.

Malgré ce petit bémol, Zaz est une bombe d’énergie contagieuse, une artiste lumineuse qui mérite amplement tout l’amour que le Québec lui envoie.

Elizabeth Lepage-Boily Cinéphile et télévore depuis qu'elle a appris à faire fonctionner la télécommande, Elizabeth, critique et journaliste depuis dix ans pour le site Cinoche.com, est persuadée qu'elle exerce le plus beau métier du monde. Auteure d'une série de romans jeunesse à succès (intitulée « Maude »), Elizabeth a bien l'intention de se dépasser et de partager ses passions et son amour des mots et des arts avec ses lecteurs, tous médiums confondus.

Aimez-nous sur Facebook

Showbizz.net