Don Juan symphonique : Que du plaisir!

,

Don Juan a bien vieilli.

Ce vendredi soir, le Grand Théâtre de Québec recevait la troupe de la comédie musicale Don Juan, accompagnée par l’Orchestre symphonique.

Bien que quelques membres de la distribution ait été remplacés pour l’évènement, plusieurs des interprètes originaux étaient de retour, dont, évidemment, les deux têtes d’affiche de l’époque, Jean-François Breau et Marie-Ève Janvier.

Pas de perruque ou de eye-liner pour Breau ni de corset pour Janvier. Les costumes ont été repensés pour l’occasion. Don Juan portait une cravate avec un complet noir alors que Don Luis (Mario Pelchat) arborait le noeud papillon et un veston rouge. Les femmes, quant à elles, avaient revêtu de chics robes de soirée. L’élégance était à l’honneur.

Quand leur tour arrivait, les chanteurs débarquaient sobrement sur la scène, côté cour, et lorsqu’ils avaient terminé leur numéro, ils reprenaient leur siège, côté jardin. Une mise en scène sobre et élégante qui donnait une tout autre portée aux paroles des chansons de l’auteur-compositeur Félix Gray. Jean-François Breau s’est certes permis quelques pas de flamenco en interprétant l’entraînante « Du plaisir », tout comme Cassiopée, qui a fait voler sa jolie robe sous les encouragements de la foule. Du reste, les pièces étaient interprétées sans flafla : doucement, simplement, dignement.

Cela ne signifie pas que l’émotion n’était pas au rendez-vous. Le public était tombé sous le charme du couple Breau-Janvier il y a 15 ans et de les voir encore réunis et amoureux aujourd’hui le comble de bonheur. La foule a, sans surprise, été emballée de réentendre le classique « Changer », mais c’est la pièce « Seulement l’amour », qui a touché davantage le coeur des spectateurs. Ceux qui se sont récemment fiancés chantaient en se lançant des regards tendres qui ont conquis le public.

Le moment le plus mémorable du spectacle reste probablement cette interprétation de la pièce « Seul » par l’ensemble de la distribution. L’harmonie des sept voix donnait des frissons. On a aussi beaucoup apprécié qu’en ce 8 mars, Pelchat murmure « Bonne journée de la femme » après avoir chanté « Les femmes ».

L’Orchestre symphonique et la troupe de Don Juan ont proposé une version gracieuse et harmonieuse des chansons que l’on a tant entendues à la radio au début des années 2000. Cette soirée endimanchée a autant comblé notre coeur nostalgique que notre âme de mélomane. Il s’agit là certainement d’une réussite sur toute la ligne. Gageons que les quelques centaines de spectateurs fredonneront « Changer » pour encore longtemps.

Elizabeth Lepage-Boily Cinéphile et télévore depuis qu'elle a appris à faire fonctionner la télécommande, Elizabeth, critique et journaliste depuis dix ans pour le site Cinoche.com, est persuadée qu'elle exerce le plus beau métier du monde. Auteure d'une série de romans jeunesse à succès (intitulée « Maude »), Elizabeth a bien l'intention de se dépasser et de partager ses passions et son amour des mots et des arts avec ses lecteurs, tous médiums confondus.

Aimez-nous sur Facebook

Showbizz.net