M’entends-tu? ou la belle surprise de Télé-Québec

,

M’entends-tu? sera diffusée à Télé-Québec dès le 16 janvier à 22 h et, en primeur, gratuitement sur telequebec.tv du 15 décembre au 6 janvier.

Cet hiver, le réseau Télé-Québec a choisi de faire un retour à la fiction adulte et il le fait bien avec la série M’entends-tu?, un petit bijou audacieux, drôle et touchant, très touchant. Le sujet, peu conventionnel, sort tout droit de la tête de Florence Longpré, l’interprète de l’unique Gaby Gravel. On plonge dans les milieux défavorisés de Montréal en côtoyant un trio féminin qui n’a pas froid aux yeux. On ne s’attendait pas à cela, mais on a complètement craqué pour cette histoire qui écorche autant qu’elle amuse.

Florence Longpré est Ada, une jeune femme colérique. Après avoir battu un homme avec un hamburger, elle doit subir une thérapie de la gestion de la colère. Elle est mal engueulée, baveuse, libre de moeurs, souvent paumée et elle doit cohabiter avec sa mère alcoolique. Mais elle est aussi et surtout attachante, fidèle en amitié et toujours disponible pour aider ses copines qui en ont souvent besoin. Il y a Fabiola, qui rêve de chanter et qui peine à joindre les deux bouts pour faire vivre sa famille. La toxicomanie de sa soeur n’arrange en rien le portrait. Puis il y a Carolanne, qui nage dans les eaux troubles d’une relation qui s’est mal terminée et qui a laissé des dilemmes difficiles dans son sillage. Son passé familial violent vient aussi la hanter. Ensemble, les trois jeunes femmes tenteront de préserver l’amitié forte qui les unit.

Il faut certainement quelques minutes pour s’adapter au ton de cette nouvelle série sans préjugés qui risque de frapper fort. Ça crie, ça parle mal, c’est grinçant, souvent vulgaire et les situations présentées ne sont pas toutes roses. Pourtant, une fois l’adaptation faite, ce qui séduit dans ce récit original, c’est à quel point les protagonistes sont touchantes de vérité. On s’attache sans peine aux trois jeunes femmes qui traversent toutes, à leur manière, des moments complexes et on souhaite ardemment les voir s’éloigner de la misère. L’humour est là pour dédramatiser des situations qui, autrement, auraient été difficiles à supporter. La réalisation sensible et bienveillante de Miryam Bouchard sublime le tout, comme la parfaite trame sonore qui marie les titres québécois à certaines chansons bien connues (allo « Hangin’ Tough » des New Kids on the Block!).

Dans ce cadre, Florence Longpré – aussi idéatrice et auteure principale du concept – brille de mille feux. La jeune comédienne navigue entre le drame et la comédie avec une aisance désarmante, tous comme ses complices de jeu. Ève Landry, que les téléspectateurs ont pris sous leur aile dans Unité 9, joue un personnage de peu de mots, mais réussi à nous faire vivre toute la gamme des émotions d’un simple regard. Quant à Mélissa Bédard, qu’on a découverte dans Star Académie en 2012, elle en est ici à ses premiers pas comme comédienne. Pourtant, celle-ci se démarque en participant à la trame narrative la plus bouleversante de ce projet. Sa voix si caractéristique vient souvent bercer le récit et apaiser les maux de tous. Les scènes qu’elle partage avec la petite Aliyah Elisme vous chavireront pour longtemps. Il faut aussi saluer la performance de Christian Bégin qui est d’un grand tragi-comique dans la peau d’une prostituée transsexuelle.

M’entends-tu? ne peut que faire bonne figure dans la programmation hivernale. Oui, son sujet est délicat, mais le rendu final est tellement accrocheur qu’il ne peut en être autrement. Ce récit risque de vous balafrer le coeur un brin, mais aussi de vous faire rire aux éclats; surprenant et totalement prenant. Après les trois premiers épisodes visionnés, on réclame la suite!

Consultez notre calendrier de la rentrée télé de l’hiver 2019 ici.

Stéphanie Nolin Littéraire de formation, passionnée du septième art, téléphile, mélomane curieuse, blogueuse culinaire en dilettante, férue de mots et de culture. Après une incursion prolongée dans le monde des communications universitaires, elle peut maintenant dire qu'elle concilie travail et passion en écrivant pour Cinoche.com et Showbizz.net... et elle ne s'en plaint pas du tout.

Aimez-nous sur Facebook

Showbizz.net