La longue et délirante utopie de Jean-Marc Parent

,

L’humoriste a présenté son 11e one-man-show à la Salle Albert-Rousseau de Québec ce mardi soir.

Alors que ses derniers spectacles traitaient de sujets plus sombres comme la maladie, la mort ou le vieillissement, voilà que Jean-Marc Parent nous propose un univers plus allègre avec un nouveau one-man-show, intitulé Utopie.

Alors que l’humoriste exploite des sujets plus légers comme le sport ou les rêves, il ne renie pas ses thématiques de prédilection. Encore une fois, Parent nous fait part de ses peurs et de ses mésaventures du quotidien. Comme il n’y a pas de conteurs aussi expérimentés et habiles que lui au Québec, ses anecdotes deviennent rapidement, dans sa bouche, des pièces d’anthologie. Le récit de sa visite inopinée dans un club échangiste et celui d’une altercation gênante avec une policière américaine en Floride sont absolument délectables.

Foncièrement sympathique, le public se retrouve très rapidement pendu à ses lèvres. Ce dernier amorce son spectacle en parlant d’environnement (et il a une opinion plutôt marginale et rafraîchissante sur le sujet), puis le termine en abordant sa récente visite dans une clinique pour faire un don de sang. Entre les deux, il nous raconte, entre autres, ses problèmes d’insomnie et dépeint l’invasion de domicile qu’a vécue l’un de ses amis, un ancien Marine violent et imprévisible.

Bien qu’il se soit calmé depuis quelques années, Jean-Marc Parent a la réputation de produire des one-man-show plutôt longs. Celui-ci dure 2 h 40. Si la valeur d’un spectacle se calculait à sa durée, Jean-Marc Parent aurait certainement la meilleure offre qualité/prix sur le marché. Aucun humoriste sur le circuit en ce moment ne peut se vanter de proposer un spectacle aussi charnu. Il s’agit d’un exploit en soi. Heureusement, on ne voit pas le temps passer avec ce conteur d’exception. Reste qu’il vaut mieux en être informé parce que presque trois heures (sans entracte) assis sur un banc, ça peut devenir contraignant pour certaines personnes.

Ses mimiques, ses expressions et sa façon de raconter les choses font de Jean-Marc Parent un humoriste à part. Investi dans ses anecdotes et généreux avec son public (on l’entendra souvent commencer ses phrases par : « vous me connaissez… »), le charmant hypocondriaque nous fait passer un agréable moment en sa compagnie. Bien qu’il s’adresse davantage à un public de son âge (56 ans), il emprunte des référents et s’intéresse à certaines problématiques qui concernent toutes les générations. Pour les plus jeunes qui le connaissent moins, Jean-Marc Parent est un phénomène à découvrir et pour ceux qui le suivent depuis les 30 dernières années, vous ne serez pas déçus de cette nouvelle proposition, un peu plus lumineuse que les autres.

Elizabeth Lepage-Boily Cinéphile et télévore depuis qu'elle a appris à faire fonctionner la télécommande, Elizabeth, critique et journaliste depuis dix ans pour le site Cinoche.com, est persuadée qu'elle exerce le plus beau métier du monde. Auteure d'une série de romans jeunesse à succès (intitulée « Maude »), Elizabeth a bien l'intention de se dépasser et de partager ses passions et son amour des mots et des arts avec ses lecteurs, tous médiums confondus.

Aimez-nous sur Facebook

Showbizz.net