Je suis chef à V : Pas inintéressant

,

La première de Je suis chef a été présentée lundi à V.

V a largement bonifié sa grille horaire de l’automne, dans la foulée de son changement d’image. On souhaitait une programmation plus familiale, plus inclusive, moins trash. C’est certainement un pari réussi de ce côté puisqu’on retrouve au programme plusieurs émissions qui peuvent attirer toute la famille. C’est notamment le cas de Je suis chef, qui entre dans un créneau culinaire déjà chargé, mais qui tire bien son épingle du jeu. Ce n’est pas parfait, mais ce n’est pas inintéressant.

Isabelle Racicot anime cette compétition culinaire dans laquelle trois vrais chefs et trois imposteurs s’affrontent incognito dans une suite d’épreuves dans le but de gagner 2000 $ et crier « Je suis chef ». L’intérêt de la chose pour les téléspectateurs, outre de voir des petits plats alléchants se faire mitonner à la caméra, est de trouver qui des compétiteurs sont des imposteurs. Tous ont du talent en cuisine, ce qui rend la chose assez complexe. Le défi est le même pour les juges, qui ont en plus le privilège de goûter.

Dans le premier épisode, Bob le chef et Danny Smiles du Bremner se sont coupé les cheveux en quatre pour trouver les imposteurs, sans vraiment y arriver. Par ailleurs, les deux juges ont offert une présence franchement intéressante et leurs commentaires étaient loin d’être modérés. On a donc eu droit à des critiques justes, pertinentes et constructives. Ça fait du bien de voir une compétition dans laquelle on dit enfin les vraies affaires. Mathieu Cloutier, Geneviève Everell et Kimberly Lallouz seront aussi en rotation parmi les juges. L’animatrice Isabelle Racicot s’acquitte aussi très bien de sa tâche et s’avère pétillante à souhait.

Du côté des candidats, toutes les personnalités cohabitent, ce qui rend aussi la chose amusante. On a peu de temps pour s’attacher à ceux-ci, puisque ce sera de nouveaux candidats chaque semaine, mais on aime les voir se démener en cuisine avec des défis pas toujours simples. Dans la première, il y avait toutefois un petit bémol. L’une des concurrentes, faisant partie des imposteurs, était déjà connue du public puisqu’on avait déjà pu la voir au même réseau dans Un souper presque parfait. Cela enlevait certainement un peu de magie et de suspense. C’est d’ailleurs elle qui a remporté la compétition. Pas de surprise là puisqu’elle avait aussi su s’illustrer dans l’émission narrée par André Ducharme. Il faudrait veiller à ne plus prendre de visages connus pour ne pas gâcher l’expérience pour la suite. On a aussi trouvé que certains segments de cuisine étaient expédiés. Les foodies, dont je suis, aiment voir les plats se construire. Il ne faut pas les oublier au détriment des amateurs de compétitions.

Je suis chef pourrait bien faire mouche auprès d’une clientèle gastronome. C’est intrigant et bien fait. V réussira-t-il à s’illustrer là où d’autres réseaux ont échoué avec des émissions culinaires similaires? Les cotes d’écoute de 136 000 pour la première nous font douter. Mais ça vaut la peine d’y jeter un oeil.

Apprenez-en plus sur l’émission ici.

Stéphanie Nolin Littéraire de formation, passionnée du septième art, téléphile, mélomane curieuse, blogueuse culinaire en dilettante, férue de mots et de culture. Après une incursion prolongée dans le monde des communications universitaires, elle peut maintenant dire qu'elle concilie travail et passion en écrivant pour Cinoche.com et Showbizz.net... et elle ne s'en plaint pas du tout.

Aimez-nous sur Facebook

Showbizz.net