Patrick Huard n’épargne personne lors de son gala ComediHa! 2018

,

Cela faisait un bon moment que l’humoriste n’était pas remonté sur les planches.

C’est ce jeudi soir que Patrick Huard lançait les festivités de l’édition 2018 du ComediHa! Fest Québec. L’humoriste s’est présenté sur scène en interrompant d’abord l’animateur de foule, qui donnait ses consignes d’usage au public. Personne ne savait encore s’ils étaient témoins d’une intervention impromptue ou s’il s’agissait de son numéro d’ouverture. De notre côté, c’est le téléprompteur qui nous a mis la puce à l’oreille…

Patrick Huard a expliqué aux spectateurs que son gala n’avait pas de thématique à proprement parler, mais qu’il avait demandé à ses invités de ne ménager personne. Ils avaient droit de rire de tout le monde, sans discrimination de genres, d’orientations sexuelles, de croyances ou d’allégeance politique.

Les humoristes présents sur son gala ont relativement bien respecté l’idée générale amenée par Huard. Nous avons – sans surprise – entendu maintes et maintes blagues sur Éric Salvail et Gilbert Rozon. Dans un gala ayant comme objectif de n’épargner personne, on peut accepter que ce genre de victimes soient les plus populaires. Voyons voir si après six galas ils seront délaissés au profit de boucs émissaires un peu plus originaux…

Le coup de coeur de la soirée revient à Mike Ward, qui a offert un numéro corrosif sur le phénomène de société qu’a été le #metoo. Il en a évidemment profité pour revenir subtilement sur les événements des dernières années qui l’ont mis dans l’eau chaude. « Moi, les enfants, je les blesse avec mes jokes, pas avec mon pénis », a-t-il lancé, précisant qu’il y a à peine quelques mois personne ne croyait qu’il était l’un des individus les plus respectables de l’industrie de l’humour, et pourtant… Il est même allé jusqu’à ressortir une vieille histoire d’agressions sexuelles par René Angélil, qui a semé un malaise dans l’assistance. « Moi, je m’en câlisse, je n’ai plus rien à perdre », a-t-il lancé, en pleine possession de ses moyens.

Comme tout le monde avait droit au même traitement lors de ce gala, Jean-François Mercier a servi un bien-cuit plutôt salé à Patrick Huard. « Patrick Huard a été professeur à Star Académie, et c’est logique puisque s’il y en a un qui a monté des chanteuses, c’est bien lui », décocha-t-il en soulignant également son ego démesuré et ses échecs professionnels.

Mentionnons que Phil Roy a également offert un numéro hilarant sur la légalisation prochaine de la marijuana. Des valeurs sûres comme Les Grandes Crues, Mathieu Cyr, Didier Lambert, Boucar Diouf, Mehdi Bousaidan et Alexandre Barrette se sont également relayés sur scène avec l’aplomb et la répartie qu’on leur connaît. Bien peu d’entre eux avaient des numéros originaux par conte. Il s’agissait souvent de courts extraits de leur plus récent spectacle. Mais, comme la livraison et la qualité des textes y étaient, on ne peut pas trop rechigner.

Simon Gouache, qui accompagnait Louis-José Houde en tournée jusqu’à très récemment, se démarque également du lot avec un charisme et une assurance décoiffante. La surprise de la soirée s’est présentée sous le surnom de Jarry. Il s’agit d’un humoriste français qui se cache derrière un personnage excentrique pour déblatérer une foule d’insanités délirantes. Son numéro se termine sur une séquence de majorette qui vaut le détour.

Lors de la finale, Patrick Huard a fait plaisir à ses fans en ramenant son personnage de Rogatien. Il a même demandé à tous ses invités de porter le manteau et le chapeau caractéristiques du personnage et lancer quelques lignes à la manière Taxi-22. Le résultat était particulièrement efficace. Huard était nerveux de remonter sur scène, mais, ce jeudi, il nous a prouvé qu’il avait encore la flamme!

Elizabeth Lepage-Boily Cinéphile et télévore depuis qu'elle a appris à faire fonctionner la télécommande, Elizabeth, critique et journaliste depuis dix ans pour le site Cinoche.com, est persuadée qu'elle exerce le plus beau métier du monde. Auteure d'une série de romans jeunesse à succès (intitulée « Maude »), Elizabeth a bien l'intention de se dépasser et de partager ses passions et son amour des mots et des arts avec ses lecteurs, tous médiums confondus.

Aimez-nous sur Facebook

Showbizz.net