Hubert Lenoir s’exhibe corps et âme à Québec

,
feq2018_logo
Festival d'été de Québec 2018

Il fallait venir scruter le phénomène lors de son passage au Festival d’été de Québec.

Hubert Lenoir ne laisse personne indifférent. Avec son look atypique, ses propos parfois controversés et son attitude désinvolte, il polarise l’opinion et attire l’attention de tous les médias pour cette raison. Il fallait donc venir zieuter le talentueux spécimen, dans le cadre de son passage à la 51e édition du Festival d’été de Québec. Surtout que le principal intéressé tentait, depuis quelques jours, d’organiser une émeute comme ça avait été le cas au même endroit – le carré D’Youville – à la belle époque de Michel Louvain. Un beau coup de marketing? Assurément!

Après une entrée en matière efficace de la Famille Ouellette, devant un parterre tiède et épars, l’ambiance fébrile s’est installée progressivement. Les curieux étaient finalement très nombreux et le spectacle pouvait commencer. Totalement décontracté, Lenoir est entré en scène seul pour baptiser sa soirée avec « Noémie ». Il a ensuite fait plaisir au public avec une première version du succès instantané « Fille de personne ». Excentrique comme toujours, l’artiste s’est dandiné à souhait, sous les cris réjouis de ses adeptes.

« Ici c’est notre ville », a lancé le chanteur originaire de Beauport, maintenant torse nu, avant d’entamer « Si on s’y mettait », sa reprise de Jean-Pierre Ferland. « Pendant un bout, j’avais l’impression que tout le monde me haïssait, mais maintenant je suis devant vous », a-t-il ajouté avant de faire un parallèle entre lui-même et Jésus. « Lui aussi tout le monde le haïssait. » Puis, il a fait un dernier avertissement concernant son identité sexuelle. « Si je suce des queues ou si je n’en suce pas, ce n’est pas de vos crisses d’affaires, laissez-moi tranquille ». Cela avait le mérite d’être clair.

L’opéra rock psychédélique a repris de plus belle, dans la fougue la plus totale. Pour sa pièce instrumentale « Momo », Lenoir a invité sur scène trois adeptes à venir danser langoureusement avec lui. Une belle idée qui a fait des heureux. Un bain de foule était aussi au programme et a amené le chanteur sur le toit d’un abri-bus, dans une position suggestive. Ce n’est déjà plus étonnant, mais c’est franchement amusant! « Je me sens presque comme un artiste grand public » a-t-il rigolé après ce tour de piste qui lui a valu des acclamations de la foule.

On peut dire que le personnage est intéressant, voire inspirant. Sous ses airs de je-m’en-foutisme se cache malgré tout un gamin qui a, ce soir, réalisé un rêve. Chanter sur une scène importante de sa ville, sous le regards admiratifs de milliers de fans. Il a d’ailleurs laissé tomber les masques pour montrer toute sa reconnaissance en fin de parcours, avant de conclure avec « Cent-treizième rue », « Fille de personne III » et une séance de body surfing. Pas d’émeute ce soir, mais certainement un coup de coeur collectif! « Tout est possible »; voici le message positif qu’on emporte avec nous après cette virée endiablée.

Rappelons qu’Hubert Lenoir a récemment lancé une campagne publicitaire audacieuse dans le métro de Montréal. Voyez le résultat ici.

Voici quelques chansons interprétées par Hubert Lenoir ce mercredi 11 juillet à Québec :

  • Noémie
  • Fille de personne I
  • Fille de personne II
  • J.-C.
  • Si on s’y mettait
  • Momo
  • Darlène, Darling
  • Wild and Free
  • Ton hôtel
  • Recommencer
  • Cent-treizième rue
  • Fille de personne III
feq2018_logo
Festival d'été de Québec 2018
Stéphanie Nolin Littéraire de formation, passionnée du septième art, téléphile, mélomane curieuse, blogueuse culinaire en dilettante, férue de mots et de culture. Après une incursion prolongée dans le monde des communications universitaires, elle peut maintenant dire qu'elle concilie travail et passion en écrivant pour Cinoche.com et Showbizz.net... et elle ne s'en plaint pas du tout.

Aimez-nous sur Facebook

Showbizz.net