Anick Lemay raconte son épreuve après son opération

,

« Perdre ses seins, je te jure, c’est pas une mince affaire… », dit la comédienne dans un texte percutant.

Dans un troisième texte intitulé « Mon élastique » publié sur Urbania, la comédienne Anick Lemay raconte son épreuve, quelques semaines après la double mastectomie qu’elle a dû subir. On se rappellera que celle-ci a annoncé être atteinte d’un cancer du sein au début du mois d’avril.

Encore une fois, son écriture est percutante et nous fait bien comprendre les contrecoups d’une telle opération. En effet, Anick Lemay explique d’une part la douleur implacable qui l’accable depuis l’intervention complexe. Puis, elle précise aussi qu’elle a senti le besoin de faire le ménage dans son entourage, pour ne conserver autour d’elle que les gens qui en valent la peine.

Elle parle de sa douleur en ces mots, sur Urbania : « Je suis retombée direct dans mes oreillers, le souffle coupé, les yeux grands ouverts, droite comme une planche. J’ai absorbé, obligée, cette douleur que je n’arrive pas encore à nommer correctement. C’est comme si je mangeais une volée par en dedans. Des clavicules aux premières côtes, en passant par les aisselles et le haut de mes bras, ça tire, déchire, cogne, arrache et… oppresse. Cette sensation d’avoir constamment vingt livres de béton sur les pectoraux. Tu inspires difficilement. Tout le temps. »

Elle ajoute, à propos de sa garde rapprochée et du grand ménage nécessaire à faire à l’annonce d’un cancer : « Outre le fait que tu as peur de mourir, ce qui arrive en premier avec le cancer, c’est le ménage. C’est plus fort que toi. […] Ceux qui t’aimaient mal ou à moitié, ceux pour qui tu t’obligeais à faire des courbettes, ceux que tu ne pouvais plus sentir, ils sont tous éjectés en même temps. C’est bien fait pareil, parce que quand tu entres dans la douleur, ceux qui restent sont attachés. À toi. Solidement. Les autres passent pas au casting…
Et dans mon casting à moi, y reste juste des A. Elles font la file comme à La Ronde et se chicanent presque pour embarquer dans mon wagon. J’en ai 21 comme ça. T’imagines? 21 femmes plus belles, brillantes, généreuses et intelligentes les unes que les autres. Te dire comment mon frigo est plein… Imagine mon cœur asteure! »

Vous pouvez lire son texte complet ici.

Rappelons que nous avons appris récemment que les textes du téléroman L’Échappée ont été adaptés pour permettre à la comédienne, qui y incarne Noémie Francoeur, de se remettre complètement.

 

Stéphanie Nolin Littéraire de formation, passionnée du septième art, téléphile, mélomane curieuse, blogueuse culinaire en dilettante, férue de mots et de culture. Après une incursion prolongée dans le monde des communications universitaires, elle peut maintenant dire qu'elle concilie travail et passion en écrivant pour Cinoche.com et Showbizz.net... et elle ne s'en plaint pas du tout.

Aimez-nous sur Facebook

Showbizz.net