Hedley à Québec : (Presque) comme si de rien n’était

,

Le groupe n’a pas directement fait mention des allégations qui pèsent contre lui sur scène.

Les choses vont de mal en pis pour le groupe canadien Hedley. Alors que la semaine dernière plusieurs fans anonymes ont dénoncé les gestes déplacés des membres de la formation pop rock sur Twitter, entraînant une foule de dommages collatéraux, le chanteur Jacob Hoggard fait maintenant l’objet d’allégations plus accablantes.

En effet, une jeune femme de 24 ans affirme avoir été violée par l’artiste. Elle aurait rencontré le principal intéressé dans un hôtel à Toronto après quelques discussions virtuelles sur Tinder et Snapchat. « Bien sûr, je m’attendais à avoir des relations sexuelles », a-t-elle déclaré à CBC. « Je n’allais pas à Toronto pour regarder la télévision avec quelqu’un que je connais à peine. Je ne suis pas naïve – mais il a complètement franchi la limite. » Celle-ci, aussi sous le couvert de l’anonymat, affirme que Hoggard l’aurait forcée à avoir du sexe anal alors qu’elle avait pourtant signalé son refus. Elle aurait été sexuellement violentée pendant la durée de leur rencontre qui lui laisse un souvenir douloureux.

Bien que le chanteur nie les propos de la jeune femme, une tache indélébile semble s’inscrire au dossier du groupe. À la surprise générale, Hedley a décidé de ne pas annuler sa tournée de spectacles canadienne, intitulée « Cageless ». Lundi soir à Québec, les médias ont été accueillis à bras ouverts. Impossible de nier qu’il régnait une ambiance étrange dans le Centre Vidéotron. Les quelque 3 000 spectatrices et spectateurs semblaient légèrement moins enthousiastes qu’à l’habitude. On retrouvait, par contre, plusieurs fans invétérées au premier rang qui tenaient des pancartes « We stand with Hedley » en forme de coeur à bout de bras.

Nous ne pouvions nous empêcher de trouver un deuxième sens à chacune des interventions du groupe ou aux paroles de leurs chansons. Déjà, la première pièce que la formation pop rock a choisi d’interpréter était « Better Days ». Effectivement… Puis, il y avait toutes ces phrases qui nous avaient toujours semblé inoffensives, qui nous apparaissaient maintenant comme teintées d’un autre message.

« I’m not perfect, but I keep trying. »
« (Uh uh, fuck that), I can do anything. »
« Catch me if you can. I don’t think you understand where we’re going. »
« How many ways can I say I’m sorry? »

À la fin du spectacle, après avoir présenté chacun des membres du groupe, Jacob Hoggard a remercié chaleureusement les fans de Québec pour leur amour. « La vie est longue et la vie est dure », s’est exclamé le chanteur en anglais. « Nous allons toujours revenir. »

En ce qui concerne sa présence sur scène, Hoggard était dynamique, quoique légèrement moins déchaîné qu’à l’habitude. Les autres membres du groupe se sont aussi efforcés d’apposer un sourire sur leur visage. Hedley a livré un spectacle « comme si de rien n’était ». Malheureusement, il était difficile de se mettre la tête dans le sable ce soir… Voyons voir où tout cela va mener.

Voici les chansons interprétées par Hedley le lundi 26 février au Centre Vidéotron :

  • Better Days
  • Crazy 4 U
  • Heaven
  • Hello
  • Obsession
  • Old School
  • Perfect
  • Can’t Slow Down
  • 321
  • Never too Late
  • All Night
  • Cha-Ching
  • For the Nights
  • Bad Tattoo
  • Love Again
  • Lose Control
  • Anything
  • Sweater Song
  • I Won’t Let You Go (Darling)
Elizabeth Lepage-Boily Cinéphile et télévore depuis qu'elle a appris à faire fonctionner la télécommande, Elizabeth, critique et journaliste depuis dix ans pour le site Cinoche.com, est persuadée qu'elle exerce le plus beau métier du monde. Auteure d'une série de romans jeunesse à succès (intitulée « Maude »), Elizabeth a bien l'intention de se dépasser et de partager ses passions et son amour des mots et des arts avec ses lecteurs, tous médiums confondus.

Aimez-nous sur Facebook

Showbizz.net